Procès-verbaux d’arrestation de Camille et Lucile Desmoulins

Procès-verbal d’arrestation de Camille Desmoulins.

Le soir du même jour, pendant que Camille se couchait, on vint l’arrêter. Voici la copie de son procès-verbal d’arrestation.

31 mars 1794.

Département de police.

Commune de Paris.

Le onzième jour de germinal,

L’an deuxième de la république une et indivisible. Extrait des registres du comité de salut public de la convention nationale du décadi de germinal, l’an deuxième de la république Française une et indivisible.

Les comités de salut public et de sûreté générale arrêtent que le citoyen Camille Desmoulins, membre de la convention nationale, sera conduit en la maison d’arrêt du Luxembourg pour y être gardé au secret.

Charge le maire de Paris de mettre sur-le-champ le présent arrêté à exécution,

Les représentants du peuple,

Signé : Billaud de Varennes, Lebas, Barrère, Carnot, Prieur, Louis du Bas-Rhin, Vadier, Collot D’Herbois, Vouland, Jagot, Dubarrau , Saint-Just, Amar, La Vicomterie, M. Bayle , Elie Lacoste, Robespierre et Couthon.

Pour copie conforme,

Les administrateurs de police.
Cor…..
Dupa …..

space

Procès-verbal d’arrestation de Lucile.

Extrait des registres du comité de salut public de la convention nationale.

Du quinzième jour de germinal, l’an II de la république Française une et indivisible.

Les comités de salut public et de sûreté générale réunis arrêtent que la femme de Camille Desmoulins sera mise sur-le-champ en arrestation à Ste-Pélagie. Le scellé sera mis sur ses papiers.

Les membres du comité de salut public et de sûreté générale.

Signé : Couthon, Dubarrau, C. A. Prieur, Carnot, Vouland, Barrère, Robespierre.

Pour extrait. Signé : Dubarrau, Couthon, Vouland, Billaud-Varenne.

L’an deuxième de la république française une et indivisible, le quinze germinal, deux heures de relevée ; nous, Jacques-Philibert Guellard, commissaire de police de la section de Marat, en vertu de l’ordre des comités de salut public et de sûreté générale de la convention nationale réunis en date de ce jour, signé des citoyens Dubarrau, Couthon, Vouland, Varenne, membres desdits deux comités, à nous à l’instant remis par le citoyen Jean-Baptiste Dossonville, agent du comité de sûreté générale de la convention nationale, nous sommes transportés rue du Théâtre-Français, en la maison du citoyen Labretinière, où, montés au second étage au-dessus de l’entresol, y avons trouvé et par devant nous est comparue la citoyenne Anne-Lucile-Philippe Duplessis, femme de Benoit-Camille Desmoulins, à laquelle nous avons déclaré que les causes de notre transport étaient à l’effet de mettre à exécution ledit ordre ci-dessus énoncé dont nous lui avons fait lecture en tout son contenu, suivant et ainsi qu’elle le reconnait.
A quoi ladite Duplessis, femme Desmoulins, nous a répondu qu’elle était prête à obéir à la loi, et nous a représenté que lors de l’arrestation de son mari, faite le onze du courant, les scellés avoient été apposés et sur les papiers de son mari et sur les siens ; qu’au surplus elle nous invitait à ce que nous ayons à nous en convaincre par nous-même, et de plus requérait que nous ayons à faire telles recherches et perquisitions que nous jugerions convenables ; et de suite, accompagné comme dessus, après avoir fait l’examen le plus scrupuleux de l’état des scellés, nous les avons trouvés sains et entiers sur les deux secrétaires où ils avoient seulement été apposés. De tout quoi ladite Duplessis, femme Desmoulins, se trouve par ces présentes déchargée, ayant été constituée gardienne desdits scellés, et perquisitions de nouveau faites dans tous les meubles pouvant contenir des papiers, et dans toutes les pièces composant l’appartement de ladite Duplessis, femme Desmoulins, n’y ayant rien rencontré qui nous parût suspect, nous avons clos le présent procès-verbal, après avoir établi gardienne des scellés la citoyenne Anne-Françoise Marc Bosdeveix, femme du citoyen Claude-Etienne Duplessis, mère de ladite femme Desmoulins, laquelle y a consenti et s’en est chargée pour nous les représenter de même qu’ils lui ont été confiés, et ont lesdites femmes Desmoulins et la citoyenne Duplessis sa mère signé avec nous, ainsi que ledit Dossonville, es dits nom et qualité ci-dessus énoncés, lequel s’est chargé de ladite femme Desmoulins pour la conduire à sa destination.

Pour expédition conforme à la minute en l’absence du secrétaire greffier.

Guellard.

space