Magna Carta – Copie de Rouen

Magna Carta - Copie de Rouen - fol. 81r

Magna Carta – Copie de Rouen – fol. 81r

Rouen, Bibliothèque Municipale, MS. Y 200, fos. 81-87v

Johan par la grâce de Deu roi d’Engleterre, as arceveskes, as eveskes, as abbez, as contes, as barons, as justices, as forestiers, as vis contes, as prevoz, as ministres, e a toz ses bailliz e ses feels, saluz. Sachiez que vos, par la grâce de Deu e pur le sauvement de nostre aime, e de toz nos ancestres, e de noz eirs, e de l’enor de Deu, e le sauvement de seinte iglise, e l’amendement de nostre regne, par le consel de noz enorez peres l’arceveske Estievene de Cantorbire primat de tote Engleterre e cardenal de Rome, e l’arceveske Henri de Diveline, e l’eveske Will. de Londres, l’eveske Pieres de Wincestre, l’eveske Jocelin de Ba, l’eveske Hue de Nichole, l’eveske Gautier de Wirecestre, l’eveske Will. de Cestre, e l’eveske Beneit de Rovecestre, e maistre Pandol sodiacre nostre seignor l’apostoire, e nostre ami frere Aimer maistre de la chevalerie del Temple de Engleterre, e de noz barons Will. le Marescal conte de Penbroc, Will. conte de Salesbires, Will. conte de Warenne, Will. conte Arondel, Alain de Galwehe conestable d’Escoce, Warin le fiz Gerod, Peres le fiz Herebert, Hubert de Bore seneschau de Peitou, Huge de Nuevile, Matheu le fiz Herebert, Thomas Basset, Alain Basset, Philippe d’Aubeigni, Robert de Ropelee, Johan Marescal, e Johan le fiz Hue, e de nos autres feels :

(1) Premierement que nos avons otrié a Deu e le confermons pat ceste nostre présente chartre, por nos e por noz eirs a toz jorz, que les yglises d’Engleterre seront franches, e aient lor dreitures franches e enterines e plenieres ; e volon que eisi seit gardé ; la que chose apert par ço que nos otriames par nostre pure volenté e de gré les franchises des ellections que l’en tienent por plus grant e por plus nécessaire as yglises de Engleterre, devant que de la descorde fust comencié entre nos e noz barons, e la confermames par nostre chartre, e porchaçames que ele fu confermee par nostre seignor l’apostoire Innocent le tierz ; laquele nos garderons e volons que nostre eir la gardent toz jorz en bone fei.
Nos avon oncore otrié a toz les frans homes de nostre regne, pur nos e pur noz eirs a toz jorz, totes les franchises qui desoz sunt escrites, qu’il les aient e les tiegnent il e lor eir de nos e de noz eirs.

(2) Se acuns de nos contes, vo de noz barons, vo des altres qui tienent de nos en chief par servise de chevalier, mora, e quant il sera morz, e ses eirs sera de plein aage e devra relief, ait son héritage par l’ancien relief, ço est a saveir li eirs ou li eir del conte, de baronie contai entiere por C. livres ; li eirs ou li eir del baron, de la baronie por C. livres ; li eirs ou li eir de chevalier, de fie de chevalier entier por C. sol. au plus, e qui meins devra meins doinst solon l’anciene costume del fie.

(3) Se li eirs d’aucun d’itels sera dedenz aage, e sera en garde, quant il sera parvenu a aage, ait son héritage sanz relief e sanz fin.

(4) Les gardeors de la terre de tel heir qui sera dedenz aage, ne pregne de la terre de l’eir fors reignables eissues e reignables costumes e reignables servises, e ce senz destruiement e senz vast des homes e des choses.
Et se nos avons livrié la garde de la terre d’aucuni que itel a visconte o a acune altre qui nos dei respondre des eissues de la terre, e cil de la garde fera destruiment o gast, nos prendrons de celui amende, e la terre sera livree a deus leals prodes homes de cel fei qui respoignent des eissues a nos, o celui que nos comanderons.
Et se nos avons doné o vendu a acunui la garde de la terre de aucun itel, e cil en fra destruiement o wast, perde cele garde, e seit livré a deus leials sages prodes homes e d’icele, que nos respoignent, si come nos avons devant dit.

(5) Et li gardeor tant dis com il avra la garde de cele terre, sostinges les meisons, les viviers, les pars, les estans, les molins, e les altres choses qui apartient a cele terre, de eissues de cele meimes terre; e rendra a l’heir quant sera parvenuz en plein aage sa terre tote estoree de charues, de granges, solon ço que li tens de la gaignerie requera e les eissues de la terre poront musurablement soffrir reisnablement.

(6) Li heir seient marié sanz desparagement eissi ne purquant que ainz que li mariages seit fait, seit mostré al prochains del lignage de cel heir.

(7) La veve enpres la mort de son mari maintenant e sanz grevance ait son mariage e son héritage, ne riens ne doinst por son mariage ne por son doaire, ne por son héritage que ele e ses mariz tindrent al jor de la mort del mari, e seit en la maison de son mari puis qu’il sera morz xl. jorz, dedenz les quels jorz li seit ses doaires livrez.

(8) Nule veve ne seit destreite de sei marier tant dis come ele voldra vivre sanz mari, essi ne purquant que ele face seurté que ele ne se marira sanz nostre otrei, se ele tient de nos, o senz l’otrei de son seignor de qui ele tient, se ele tient d’autrui.

(9) Ne nos ne nostre bailli ne seiseron terre ne rente del dettor por aucune dette, tandis com sis chatels soffisent a paier la dette, ne si plege ne seront destroit, tant dis come le chevetaigne dettor soffira a la dette paier. Et se le chevetaigne detor n’a de quei paier sa dette, respoigne li plege dé la dette ; e s’il volent, aient les terres e les rentes del dettor jusqu’il aient restorement de la dette qu’il ont devant paiee por lui, se le chevetaigne detor ne monstre qu’il en est quite vers cels pleges.

(10) Se acuns a emprunté as Jeus plus o meins, e muert devant qu’il lor ait paié lor avoir, ne croise mie la dette tant dis com li heirs sera dedenz aage ; e se cele dette vient en noz mains, nos n’en prendron que le chatel que nos troveron en la chartre.
(11) E se aucun muret, e deit dette as Jeus, sa feme ait son doaire, e ne paiet nient de cele dette, e se li enfant qui remaindront del mort sont dedenz aage, pourveu lor seit lor estoveir raisnablement solonc le tenement qui fu del mort, e del remanant seit paiee la dette, sauf le servise des seignors ; e en tel maniere seit feit de dettes que l’on deit a altres que a Jeus.

(12) L’en ne mettra nul escuage ne aie en nostre regne, fors par commun conseil de nostre regne, fors a nostre reimbre, e a nostre ainzné fiz faire chevalier, e a nostre ainznee fille marier une feiz ; e a cestes choses ne face l’en aie se raisnable non.
En cele maniere seit feit d’aies de la cité de Londres, e estre ço la cité de Londres ait totes ses ancienes costumes, e ses franchises e par terre e par aigue.
Nos volons estre ço e otrions que totes les altres citez e li borc, e les viles, e li port aient en totes lor franchises, e lor franches costumes, e aient le commun conseil del regne, de l’aie a asseeir altrement que as treis cas, qui sont devant dit.
De l’escuage aseer, ferons somondre les arceveskes, les eveskes, les abbez, les contes, les greignors barons, chascun par sei par nos lettres ; e estre ço ferons somondre en commun par noz viscontes e par noz bailliz toz ceus qui de nos tienent en chief, a certain jor, ço est al terme de xl jorz al mains e a certain lieu ; e nomerons la cause en totes lettres de ceste somonse. Et quant la somonse sera issi feite voist li afaires avant au jor assigné solon le conseil d’icels qui seront present, ja seit ço que ne seient pas venu tuit cil qui furent somons.

(15) Nos n’otrions a nul des ore en avant qu’il pregne aie de ses frans homes fors a son cors raimbre, e a son ainzné fiz faire chevalier, e a sa fille ainznee marier une feiz, e a ço ne seit fait aie se raisnable non.

(16) Nuls ne seit destreinz a faire grenor servise de fieu de chevalier o d’altre franc tenement que tant come il tient e deit.

(17) Li commun plait ne suient mie nostre cort, mais saient tenu en alcun certain lieu.

(18) Les reconussances de novele dessaisine, de mort d’ancestre e de darrain présentement ne seient prises fors en lor contez e ceste maniere : nos o nostre chevetains justisieres se nos semes fors del regne, enveierons deus justises par chascun conté par iiii feiz en l’an, qui o quatre des chevaliers de chascun conté esleuz par le conté pregnent el conté, e el jor del conté e en certain lieu les devant dites assises, e se les devant dites assises ne puent estre prises el jor del conté, tant chevaliers e franchement tenanz remaignent de cels qui furent present al conté en icel jor, par quei puisent li jugement estre feit sofisaument, solon ço qui li afaire sera plus grant o plus petit.

(20) Frans hom ne set amerciez por petit forfait fors solon la maniere del forfait, e por le grant forfait seit amerciez solonc la grandesce del forfait sauf son contenement ; e li marcheant ensement sauve sa marchandise ; li vilains ensement seit amerciez salz son gaagnage, s’il chiet en nostre merci ; e nule des devant dites merciz ne sera mise fors par le serement de prodomes e des leaus des visnez.

(21) Li conte e li baron ne seient amerciez fors par lor pers, e solonc la maniere del forfait.

(22) Nus clers ne seit amerciez de son lai tenement fors solonc la maniere des altres qui devant sunt dit, e nun pas solonc la quantité de sa rente de s’iglise.

(23) Ne vile ne home ne seit destreiz a faire ponz a rivieres, fors cil qui ancienement e par dreit les devent faire.

(24) Nuls visquens, ne conestables, ne nostre coroneor, ne nostre altre bailli ne tiegnent les plaiz de nostre corone.

(25) Chascuns contez, hundrez, wapulzac, e treingues soient as ancienes fermes senz nul croisement, fors noz demeines maniers.

(26) Se aucuns qui tient lai fie de nos muert, e nostre visquens o altres nostre bailliz monstre nos lettres overtes de nostre semonse de la dette que li mort nos deveit, leissie a nostre visconte o a nostre bailli atachier e enbrever les chatels del mort qui seront trové el lai fie, a la vaillance d’icele dette que li morz nos deveit par veue de leaus homes, eissi ne purquant que riens ne seit osté jusque nos seit paiee la dette qui sera coneue;e li remanant seit laissié as executors a faire le testament del mort.
E s’il ne nos deivent rien, tot li chatel seient otrié al mort, sauves les reignables parties de sa feme e de ses enfanz.

(27) Se aucuns frans huem muert senz testament, li chatel seient departi par les mains des prochains parenz e de ses amis par la veue de seinte iglise, sauves les dettes a chascun que le mort lor devoit.

(28) Nus de noz conestables ne de noz altres bailliz ne pregne les blez ne les altres chatels d’aucun, se maintenant n’en paie, les deniers, o il n’en puet aver respit par volenté del vendeor.

(29) Nus conestables ne destreigne nul chevalier a doner deniers por la garde del chastel, s’il la voit faire en sa propre persone u par altre pro-dome, s’il ne la puet faire por auscune reignable achaisun ; e se nos le menons o enveions en ost, il sera quites d’icele garde tant dis cum il sera par nos en l’ost.

(30) Nus viscontes ne nostre bailliz ne altre ne pregne les chevals ne les charettes d’aucun franc home por faire cariage, fors par la volente de cel franc home.

(31) Ne nos ne nostre baillie ne prendrons altrui bois a nos chastels o a nos altres ovres faire, fors par volenté de celui cui sera li bois.

(32) Nos ne tendrons les terres de cels qui seront convencu de felonie, fors un an e un jor, e adons les rendrons as seignors des fiez.

(33) Tot li kidel seient d’ici en avant osté del tot en tot de Tamise e de Medoine, e par tote Engleterre, fors par la costiere de la mer.

(34) Li bries qui est apelez « precipet » des ci en avant ne seit faiz a nul d’aucun tenement, dont frans hoem peust perdre sa cort.

(35) Une mesure de vin seit par tot nostre regne, e une mesure de cerveise, e une mesure de ble, ço est li quartiers de Londres, e une leise de dras teinz e de rosez e de habergiez, ço est deus aunes dedenz listes ; e des peis seit ensement come des musures.

(36) Riens ne seit doné ne pris des ci en avant por le brief del enqueste de vie o de membres, de aucun, mais seit otree en pardon e ne seit escondit.

(37) Se aucuns tient de nos par feuferme o par sokage, e tient terre d’altrui par servise de chevalier, nos n’avrons mie la garde de l’heir, ne de sa terre qui est d’altrui fie par achaison de cele feuferme, o del sokage, o del burgage; ne n’avrons la garde de cele feuferme, o del socage, o del burgage, se cele feuferme ne deit servise de chevalier.
Nos n’avrons la garde de l’heir ne de la terre d’alcun, que il tient d’altrui par servise de chevalier, par achaison d’aucune petite serjanterie, qu’il tient de nos par servise de rendre saettes, o cotelz, o tels choses.

(38) Nuls bailliz ne mette des ci en avant alcun a lei par sa simple parole, fors par bons tesmoinz amenez a ice.

(39) Nuls frans hom ne sera pris, ne emprisonez, ne dessaisiz, ne ullagiez, ne eissilliez, ne destruiz en aucune maniere, ne sor lui n’irons ne n’enveierons, fors par leal jugement de ses pers, o par la lei de la terre.

(40) A nulli ne vendrons, a nullui n’escondirons, ne ne porloignerons dreit ne justise.

(41) Tuit li marchant aient sauf e seur eissir d’Engleterre, e venir en Engleterre e demorer, e aler par Engleterre par terre e par eve a vendre e a achater, sanz totes males totes par les ancienes dreites costumes, fors el tens de guerre, cil ki sunt de la terre qui nos guerroie ; e se tel sunt trové en nostre terre el comencement de la guerre, soient atachié sanz domage de lor cors e de lor choses jusqu’il seit seu de nos o de nostre chevetein justisier cornent li marcheant de la nostre terre seront traitié, qui donc seront trové en la terre qui contre nos guerroie ; e se li nostre sunt ilueke sauf, seient li lor sauf en la nostre terre.

(42) Leise chascun des ci en avant eissir de nostre regne e repairier sauf e seur par terre e par eve sauve nostre fei, fors el tens de guerre par alcun petit tens por preu del regne; mais d’iço sunt jetté fors li emprisoné, e li utlagié solon la lei del regne, e la gent ki contre nos guerroie. Des marcheanz seit feit si come nos avon devant dit.

(43) Se aucuns tient d’aucune eschaette si come de l’honor de Walingeford, Notingeham, Boloigne, Lancastre, u d’autres echaetes qui sunt en nostre main, e sunt de baronie, e il muert, ses heirs ne doinst altre relief, ne face a nos altre servise qu’il feist al baron, se cele baronie fust en main del baron ; e nos la tendrons en tele maniere que le baron la tint.

(44) Li home qui maignent fors de la forest ne viegnent de ci en avant devant noz justises de la forest par communes somonses, s’il ne sont en plait u plege de aucun ou d’aucuns qui seient atachié por la forest.
(45) Nos ne frons viscontes, justises, ne bailliz, fors de tels qui sachent la lei de la terre e la voillent bien garder.

(46) Tuit cil qui fondèrent abbeies dont il ont Chartres des reis d’Engleterre, o anciene tenue, aient en la garde quant eles seront voides, si com il avoir devent.

(47) Totes les forez qui sunt aforestees en nostre tens, seient maintenant desaforestees, e ensement seit feit des riveres qui en nostre tens sunt par nos mises en defens.

(48) Totes les males costumes des forez e des warennes, e des forestiers e des warenniers, des viscontes e de lor ministres, des rivieres e de lor gardes, seient maintenant enquises en chascun conté par xii chevaliers jurez de meimes le conté, qui devent estre esleu par prodeshomes de meismes le conté ; e dedenz xl jorz après ço qu’il avront feite l’enqueste, seient del tot en tot ostees par cels meismes, si que james ne saient rapelees ; eissi ne purquant que nos le sachons avant, o nostre justise, se nos ne sûmes en Engleterre.

(49) Nos rendrons maintenant toz les hostages e totes les chartres, qui nos furent livrees des Engleis en seurté de pais o de feel servise.

(50) Nous osteron de tot en tot des baillies les parenz Girard d’Aties, si que des ci en avant n’avront nule baillie en Engleterre, e Engelart de Cigoigni, Peron, Guion, Andreu de Chanceas, Gion de Cigoigni, Gifrai de Martigni e ses freres, Phelippe Marc e ses freres, Gefrai son nevo, e tote lor siute ; (51) e maintenant empres le reformement de la pais osterons de nostre regne toz les estranges chevaliers, aubelastiers, serjanz, soldeiers, qu’o chevals e o armes vindrent al nuisement del regne.

(52) Se alcuns est dessaisiz o esloigniez par nos senz real jugement de ses pers, de terres, de chastels, de franchises, o de sa dreiture, maintenant li rendrons ; e se plaiz en comencera d’iço, a donc en seit fait par jugement des xxv barons, dont l’en parole desoz en la seurté de la pais.

De totes iceles choses dont alcuns fu dessaisiz o elloigniez senz leal jugement de ses pers par le rei Henri nostre pere, o par le rei Richart nostre frere, que avons en nostre main, o altre tienent cui il nos covient garantir, avrons respit jusqu’al commun terme des croisiez, fors que celes choses dont plaiz fu comenciez o enqueste faite par nostre comandement devant que nos preissons la croiz ; et se nos repairons de nostre pelerinage, o par aventure remanons del pelerinage, maintenaunt en frons pleine dreiture. (53) Cest meimes respit avrons e en ceste maniere de dreiture faire des forez desaforester, o que remaignent forez, que li reis Henri nostre peres, o li reis Richart nostre freres aforesterent, e des gardes des terres qui sunt d’altrui fie, que nos avons eues jusque ci par achaison de fie que alcuns teneit de nos par servise de chevalier, e des abbeies que furent fondees en altrui fie que el nostre, es quels li sires del fie di qu’il a droiture ; e quant nos seron repairié de nostre pelerinage, o se nos remanons, nos en frons maintenant pleine dreiture a cels qui s’en plaindront.

(54) Nuls ne seit pris ne enprisonez por apel de feme de la mort d’altrui que de sun marri.

(55) Totes les fins e toz le amerciemenz qui sont feit vers nos a tort e contre la lei de la terre, soient tot pardoné, o l’en enface par jugement des xxv barons dont l’en parole desoz, o par le jugement de la greignor partie de cels ensemble, o le devant dit arcevesque Stefne de Cantorbere s’il i puet estre e cels qu’il vodra apeler od sei. E s’il n’i pora estre, neientmeint ne voist li afaires avant senz lui, en tel maniere que se alcuns o alcun des devant diz xxv barons seront en tel querele, seient osté de cest jugement, e altre esleu e juré seient mis a ço faire en lieu de cels par le remanant des devant diz xxv barons.

(56) Se nos avons dessaisiz e esloigniez les Walais de terres o de franchises o d’altres choses senz leal jugement de lor pers en Engleterre o en Wales, maintenant lor seient rendues ; e se plaiz en sera comenciez, se lor en seit fait en la Marche par jugement de lor peres, des tenemenz d’Engleterre solonc la lei d’Engleterre, des tenemenz de Wales solonc la lei de Wales, des tenemenz de la Marche solonc la lei de la Marche, e ço meismes facent li Walais a nos e as noz.

(57) De totes celes choses dont alcuns des Walais fu dessaisiz o esloignié senz leal jugement de ses pers par le rei Henri nostre pere, o par le rei Richart nostre frere, que nos avons en nostre main, o altre tienent cui il nos covient garantir, avrons respit jusqu’al commun terme des croisiez, fors de celes choses dont plait fu comenciez o enquestè faite par nostre comandement devant que nous preissons la croiz ; e quant nos serons repairiez o se par aventure remanons de nostre pelerinage, maintenant lor en frons pleine dreiture solonc les lez de Wales e les devant dites parties.

(58) Nous rendrons le fil Lewelin maintenant, e toz les hostages de Wales, e les chartres que l’en nos livra en seurté de pais.

(59) Nos ferons a Alisandre le rei d’Ecoce de ses serors e de ses hostages rendre, e de ses franchises, e de sa dreiture solonc la forme que nos frons a nos altres barons d’Engleterre, se altrement ne deit estre par les chartres que nos avons de son pere Willaume, qui fu jadis reis d’Escoce ; e ço sera fait par jugement de ses pers en nostre cort.

(60) Totes ces costumes devant dites e les franchises que nos avons otriees a tenir en nostre regne quant a nos apartient envers les noz, tuit cil de nostre regne, e clerc e lai, devent garder quant a eus apartient envers les lor.

(61) Et car nos avons otriees totes les choses devant dites por Deu, e por amendement de nostre regne, e por mielz apaisier la descorde qui est comencié entre nos e nos barons, nos, voelliant que ces choses seent fermes e estables a toz jorzs, faisons e otrions a nos barons la seurté desoz escrite ; ço est que li baron eslisent xxv barons del regne tels qu’il vodront, qui dient de tot lor poer garder, e tenir, e faire garder, la pais e les franchises que nos avons otriees e confermees par ceste nostre présente chartre ; eissi ço est a saver que se nos, o nostre justise, o notre bailli, o aucuns de noz ministres mesfaisons en alcune chose vers alcun, o trespassons en alcun point de la pais o de la seurté, e nostre mesfaiz sera mostrez a quatre barons des devant dit xxv, cil quatre baron viegnent a nos, o a nostre justise, se nos sumes fors del regne, e nos mostrent nostre trespassement, e requierent que nos faceins amender cel trespassement senz porloignement ; e se nos n’amendrons le trespassement, o se nos sumes fors del regne, nostre justise ne l’amendera, devant xl jorz empres ço que il sera mostré a nos, o a nostre justice se nous sumes fors de la terre ; adonc li devant dit quatre reportent cele cause as altres de cels xxv barons, e adonc cil xxv baron a la commune de tote Engleterre nos destreindront e greveront en totes le manieres que il poront, ço est par prendre chastels e terres e possessions, e en queles altres manieres qu’il poront, jusqu’il seit amendé solonc lor jugement, sauve nostre persone e de nostre reine, e de noz enfanz ; e quant il sera amendé il atendront a nos eissi come devant. Et qui vodra de la terre jurt que a totes les devant dites choses parsivir, il obeira al comandement des devant diz xxv barons, e qu’il nos grevera ensemble o els a son poer ; e nos donons comunement e franchement congié de jurer a chascun qui jurer vodra, e ja ne le defendrons a neis un ; e toz cels de la terre qui de lor bon gré voldront jurer as xxv barons de destreindre e de grever nos, nos les frons jurer o els par nostre comandement, si com devant est dit.

Et se alcuns des xxv barons morra, o partira de la terre, o serra destorbez en aucune maniere qu’il ne puist les choses qui sunt devant dites parsivir, cil qui seront remés des devant dit xxv barons eslisent un altre en lieu de celui solonc lor esgart, que jurera en tel manere com li altre ont fait.

Et en totes les choses que li xxv baron devent parsivir, se par aventure cil xxv seront present, e descorderont entre els d’aucune chose, o aucun de cels qui seront somons ne vodront o ne porront estre present, seit ferm e certain ço que la greignor partie de cels qui seront present porverra o recevra ensement com se tuit i aveient consenti.

Et li devant dit xxv baron jurent que totes les choses qui sunt devant dites, qu’il garderont feelement e feront garder de tôt lor poer.

Et nos ne porchacerons d’alcun, par nos ne par altrui, rien par quei alcuns de ces otreiemenz o de cestes franchises seit rapelez o amenusiez, e se alcune tel chose sera porchacie, seit cassee e veine, e ja n’en userons par nos ne par altrui.

(62) Et totes males volentéz, desdeigz, rancors, qui sont nees entre nos e noz homes clers e lais, deske la descorde comença, avom plainement relaissiees e pardonees a toz, ,e estre ço toz les trespassemenz qui sunt fait par achaison d’iceste descorde des la Pasche en la sezain de nostre regne jusqu’al reformement de la pais, avom plainement relaissié a toz clers e a lais, e quant a nos aportient lor avom plainement pardoné e otrié ; d’iço lor avom fait faire lettres de tesmoig overtes de seignor Stefne l’arceveske de Cantorbire, de seignor Henri l’archeveske de Diveline, e des devant diz evesques e de maistre Pandolf, sor ceste seurté e cez otreiemenz. (63) Por la que chose nos volons e comandons fermement que l’eglise d’Engleterre seit franche, e que li home en nostre regne aient e tiegnent totes les devant dites franchises, e les dreitures, e les otriemenz bien e en pais franchement e quitement, plainement e entierement, a els e lor heirs, en totes choses e en toz leus, a toz jorz si com devant est dit. Et si fu juré de nostre part, e de la part des barons que totes ces choses qui desus sunt escrites seront gardees a bone fei sanz mal engin. Tesmoig en sont cil qui sunt devant dit, e mult altre. Ceste chartre fu donee el pre qui est apelez Roueninkmede entre Windesores e Stanes, le quinzain jor de Juig l’an de nostre regne dis e septain.

Lettre Patente du Roi au Sheriff d’Hampshire (27 Juin, 1215)

Johan par la grâce de Deu reis d’Engleterre al visconte de Suthantesire, e as dosce esleuz en cel conté a enquerre e oster les malveises costumes des viscontes e de lor ministres, des forés e des forestiers, e des warennes e des warenniers, e des rivieres e de lor gardes, saluz. Nos vos mandons que senz delai saisisiez en nostre main les terres e les tenemenz e les chatels de toz celz del conté de Suthantesire qui ne vodront jurer as xxv barons solonc la forme qui est escrite en nostre chartre des franchises, o a cels qu’il avront a ço atornez ; e s’il ne volent jurer, maintenant empris quince jorz compliz puis que lor terres e lor tenement e lor chatel seront seisi en nostre main, faites vendre toz lor chatels, e les deniers qui en seront pris gardez sauvement a metre en l’aie de la sainte terre de Jerusalem ; e lor terres e lor tenemenz tenez en nostre main jusqu’il aient juré. E ço fu porveiu par le jugement l’Arceveske Stefne de Cantorbire e des barons de nostre regne. Et en tesmoig d’iceste chose nos enveons cestes noz lettres overtes. Tesmoig mei meisme a Odiham le vint e septain jor de Juig, l’an de nostre regne dis e septain.

Source: Livre de la Magna Carta de Rouen