Discours de Maximilien Robespierre — 21 octobre 1789 – 1er juillet 1794

Discours prononcé au Club des Jacobins le 2 mai 1792.

(Réponse de Robespierre à Sillery au sujet de la guerre.)

(Sillery: J’ai appris qu’hier on disait à la tribune: Où sont-ils donc ceux qui soutenaient le parti de la guerre? Hé bien, me voici: je vous déclare que j’ai cru et que je crois encore la guerre nécessaire, indispensable. Robespierre demande à parler. Tumulte. Robespierre parvient enfin à se faire entendre.)

Voici l’ordre que vous auriez dû suivre, monsieur le président: quand un membre demande la parole, fût-ce moi, que l’on accuse d’assiéger cette tribune, si la majorité veut l’entendre, ce n’est pas à un petit nombre d’intrigants et de perturbateurs à étouffer sa voix. Alors ce que doit faire le président, c’est d’imposer silence à ceux qui sèment le trouble et la discorde, pour l’imputer ensuite aux véritables amis de la liberté. C’est assez que partout ailleurs la patrie soit trahie; il faut qu’ici la liberté triomphe, et que la vérité soit entendue.

Maintenant je viens à l’objet dont vous a parlé M. Sillery. Je ne puis approuver ce qu’il a dit contre ceux qui ne voulaient pas la guerre, telle qu’on la demandait, et qui pensent encore qu’elle est funeste. Je déclare que cette affectation à présenter notre opinion sous un point de vue désavantageux, est une insigne calomnie.

Je ne prononce pas sur les faits qui nous ont été annoncés: mon opinion ne manquerait pas d’être défigurée par le _Patriote français_, la _Chronique_, etc. S’il faut le dire: Non, je ne me fie point aux généraux; et, faisant quelques exceptions honorables, je dis que presque tous regrettent l’ancien ordre de choses, les faveurs dont dispose la cour. Je ne me repose donc que sur le peuple, sur le peuple seul. Mais, je vous prie, pourquoi saisit-on la moindre occasion de tourner en ridicule et même de calomnier ceux qui pensent d’une manière différente des partisans de la guerre? Cette animosité est-elle bien naturelle? Au reste, je pense comme M. Sillery, qu’il est bon de se défier de toutes les nouvelles qui nous seront données. Qui doit en être plus convaincu que lui? car il a été trompé dans une affaire bien importante. Faut-il lui rappeler l’affaire de Nanci?

Discours prononcé au Club des Jacobins le 5 mai 1792.

(Quelques observations de Robespierre sur la correspondance de la société des jacobins avec les sociétés affiliées.)

Il n’est rien de si important dans les circonstances que la correspondance avec les sociétés affiliées. C’est pour cela que je vais faire quelques observations. Quoiqu’il semble qu’on veuille imposer silence aux défenseurs du peuple… (Plusieurs voix. Non, non! à l’ordre du jour!) Je déclare que, pour mettre un frein à l’ambition de ceux qui nous agitent, je déclare que je. n’abandonnerai jamais cette société. (Bravo, bravo, applaudissements redoublés, etc.) Je déclare que, nonobstant toute motion d’ordre du jour, que nonobstant toutes calomnies que l’on se plaît à répandre contre moi; je déclare, dis-je, que je ne cesserai de combattre les intrigants jusqu’à ce que la société les ait ignominieusement chassés de son sein. (Applaudissement.) Je vais donc me permettre quelques observations sur les abus qui se sont glissés dans la correspondance.

Pour qu’elle devienne plus utile, il ne faut pas seulement de ces détails piquants, de ces bons mots qui ne prêtent qu’à rire; mais il faut que ceux qui s’y livrent s’attachent à dévoiler les manoeuvres des fripons et les complots des traîtres. Il m’est parvenu quelques nouvelles intéressantes de ce genre: je m’étonne qu’on n’ait que des choses stériles à soumettre à notre attention.

Je n’ai en vue personne de cette société; je déclare que je n’inculpe ici aucun individu, ni aucun comité; mais je dis qu’il est de graves objets dans la correspondance auxquels on pourrait donner le pas sur la lettre de Cambrai, par exemple. Quoiqu’on semble vouloir m’imputer les divisions qui règnent dans cette société, et que ceux qui paraissent me désigner par leurs murmures veuillent me donner à penser que je me suis rendu coupable de perfides manoeuvres; cependant je ne me lasserai pas de faire mon devoir, et de dévoiler les trames ourdies pour perdre cette société et ses plus fermes soutiens. Vous ne savez pas, messieurs, tous les moyens dirigés contre nous.

Il faut donc vous avertir que c’est eu entretenant les sociétés affiliées des détails sur les scènes que les menées des intrigants ont rendues nécessaires; que c’est en faisant passer, sous le couvert des ministres, par la voie de M. Lanthenas, les discours de MM. Guadet et Brissot, que l’on obtient des adresses concertées. En ne présentant les choses que sous une face, il est facile de donner le change aux esprits. Au surplus, il n’est pas besoin de dire que les promoteurs de lettres de cette espèce sont ceux qui me provoquent actuellement par leurs murmures. Que ne parlent-ils à nos correspondants des grands intérêts qui doivent nous occuper, au lieu de circonscrire leurs pensées aux débats qui ont agité plusieurs de nos séances? Pourquoi leur dire ce qu’il faudrait pouvoir nous cacher à nous-mêmes? Qu’ils aient plutôt le courage de leur apprendre que ce sont des gens couverts du manteau patriotisme qui donnent lieu à ces discussions. Il faut que nos sociétés affiliées soient instruites que c’est en attaquant sourdement les principes les plus sacrés, que ces mêmes hommes espèrent parvenir aux places. Voilà le moyen d’empêcher des citoyens mal informés de tomber dans les pièges qui leur sont tendus. Voilà ce qui devrait faire l’objet d’une correspondance utile.

Discours prononcé au Club des Jacobins le 10 mai 1792.

(Réponse de Robespierre à Méchin, secrétaire de Brissot, qui proposait d’une part d’écrire aux sociétés affiliées une circulaire pour hâter le paiement des contributions; d’autre part qu’aucun membre ne pût, au prochain trimestre, recevoir sa carte sans exhiber la quittance du percepteur. Robespierre demanda la parole et ne l’obtint qu’après la plus vive opposition de la part des membres girondins.)

Ce n’est pas s’écarter de l’ordre du jour que de dire qu’il a fallu combattre pendant trois quarts d’heure pour obtenir la parole; pourquoi se fait-il que, pour monter à celte tribune, il faille autant de courage que pour monter à la brèche? Ces hommes manquent à toutes les règles d’honnêteté, aux premiers principes de sociabilité, qui ne veulent souffrir aucune contradiction, qui cherchent à étouffer toutes les réclamations suggérées par la vérité et l’amour du bien public. Je suis obligé de m’élever contre la proposition qui a été faite, avec d’autant plus de force qu’elle se présente sous une apparence de patriotisme; je m’attends bien que je serai dénoncé par ses auteurs, par tous les ennemis de la liberté, comme le défenseur de l’anarchie, des sans-culottes, des perturbateurs; mais rien ne m’effraie.

Les propositions qui portent avec elles leur réfutation n’ont pas besoin d’être combattues; mais celles qui sont décorées des vains dehors de patriotisme, doivent attirer toute la sagacité d’un zélé patriote. A-t-on espéré donner à entendre que je veuille attenter aux lois constitutionnelles, que je ne cesserai de soutenir? a-t-on espéré faire croire que je prétende m’opposer à la perception des impôts? On dira tout ce qu’on voudra, qu’importe? ma conscience, la vérité que je défends, me suffisent.

Je vais vous prouver que les propositions qui vous ont été faites sont dangereuses, inutiles, fallacieuses et attentatoires aux principes de l’égalité: inutiles, en ce que les contribuables n’ont jamais attendu que la main du receveur public. (Bravo! Bravo!) Il n’est pas vrai que, actuellement, on manque de zèle pour l’acquittement des contributions: j’ai par devers moi des preuves de ce que j’avance: et quand je vois qu’on vient nous embarrasser de choses inutiles, tandis qu’il est si important de s’occuper des grands intérêts de la liberté; quand je vois qu’on détourne l’attention des véritables citoyens des dangers que court la patrie, pour la porter sur des objets qui n’en ont nul besoin (Ah! ah! applaudissements.), quoi qu’en dise les calomniateurs, je m’indigne.

On sait bien, messieurs, que les contributions sont nécessaires; en cela on ne peut me prêter de mauvaises intentions, et les risées qui viennent de s’élever sont aussi déplacées qu’elles décèlent de méchanceté. Je le répète: cet objet est en ce moment inutile. S’occuper de ce qu’on a, et négliger ce qu’on n’a pas, c’est laisser aux maux politiques le temps de pousser de profondes racines; je ne vois d’ailleurs, dans la proposition de M. Méchin, que l’intention du ministre d’avoir une lettre qui fasse l’éloge de son zèle (Ah! ah!); j’y vois une affectation, qui des pamphlets se communique aux journaux prétendus patriotiques, d’avilir les citoyens: voilà ma première proposition. La seconde est beaucoup plus importante.

Que signifie donc ce zèle de vouloir des quittances d’impositions pour assister à nos séances? Ce titre suffit-il pour être garant du patriotisme? (Ah! ah! Applaudissements.) Vous voyez combien on redoute l’examen de cette question qui paraissait si facile. Il serait commode sans doute de substituer cette espèce de scrutin épuratoire à celui qui demande des certificats de patriotisme. Certes, Messieurs, un homme gorgé du sang de la nation viendrait apporter sa quittance; et le premier qui l’aurait donnée serait en droit d’assister à vos séances. (Ce n’est pas cela. Tumulte.) Je regarderai cette motion comme puisée dans l’esprit public, lorsqu’on m’aura prouvé que tout homme qui aura payé ses impositions, ne sera pas un perturbateur; lorsqu’on m’aura prouvé que ceux qui ont payé les impôts n’ont jamais vendu leurs poumons, leur plume, soit à la cour des Tuileries, soit aux ennemis de la révolution. (Bravo! bravo! Murmures.) Je regarderai cette motion comme faite pour obtenir la priorité, lorsqu’il me sera prouvé que ceux qui nous montreront ici leur quittance, ne doivent pas être chassés pour d’autres motifs; lorsqu’il me sera prouvé que ceux qui combattent mon opinion sont les plus ardents soutiens de l’indigence, les plus fermes défenseurs de la liberté de la presse; lorsqu’il me sera prouvé qu’ils sont évidemment les meilleurs citoyens. Jusque-là, je dirai qu’il n’y a aucun mérite à payer les contributions; c’est un acte de nécessité; il est absurde de s’en faire un mérite. (Bravo! bravo!) Je dirai que c’est anéantir tous les principes, et dénaturer l’opinion publique, que de vouloir substituer un sacrifice apparent à tous ceux qu’exige la liberté. Je dis que propager de pareilles idées serait mettre à la place des actes de patriotisme, des actions forcées par la loi. J’ajouterai qu’il me paraîtrait un meilleur citoyen, celui qui pauvre, mais honnête homme, gagnerait sa vie, sans pouvoir payer ses contributions, que celui-là qui, gorgé peut-être de richesses, ferait des présents puisés à une source corrompue; qui, engraissé de la substance du peuple, viendrait se faire un mérite des actions dont une société fondée sur la justice, aurait peut-être à rechercher les moyens pour les punir comme des crimes.

Observez combien un pareil système tend à la subversion de tous les principes de l’égalité. Que veulent ses auteurs? Ecarter des sociétés patriotiques quiconque ne paierait pas de contributions.

Or, je soutiens que c’est faire un nouvel outrage à l’humanité; car, si les citoyens qui ne paient pas d’impôts sont exclus des sociétés politiques, ils doivent être accueillis dans celles qui ont pour objet de relever la nature humaine; je dis que cette motion, civique en apparence, ne l’est point en effet; je dis qu’elle est flagorneuse, puisqu’elle contiendrait nécessairement un éloge des ministres, et les ministres qui font le bien ne méritent point d’éloges, ils ne font que leur devoir.

Elle est attentatoire aux principes de l’égalité, en ce qu’elle écarterait des sociétés patriotiques, les citoyens qui n’auraient pas payé de contributions; elle est attentatoire aux droits de l’humanité, en ce qu’elle élève les riches et abaisse les indigents; elle est fallacieuse, en ce qu’elle érige en titre de patriotisme ce qui n’est qu’an devoir et une exécution de la loi; et en ce qu’elle tend à donner le change à l’opinion publique et à la détourner de choses plus intéressantes, ainsi que beaucoup d’autres motions aristocratiques qu’on renouvelle tous les jours. (Ah! Ah! Oui! Oui!) C’est par elle qu’on s’efforce d’étouffer la voix des bons patriotes. En me résumant, je dis que cette motion a été faite, surtout dans l’intention de calomnier ceux qui l’auraient combattue; et certes on n’y manquera pas. (Ah! Ah! Bravo! Bravo!)

On dira qu’elle a été combattue par ces hommes à principes exagérés, qui ne veulent point de constitution; par des chefs de factieux; par des tribuns, par des agitateurs du peuple, qui se coalisent pour calomnier ses plus zélés défenseurs. (Murmures. Applaudissements.) On dira que la société des amis de la constitution est tellement composée de sans-culottes, qu’elle a manifesté le désir de ne pas payer les contributions malgré les touchantes exhortations du patriote Clavière. Je suis exposé à toutes ces calomnies; c’est pour cela que je suis venu à cette tribune énoncer hautement mon opinion, c’est pour cela que je viens défendre les droits les plus sacrés du peuple.

Je dirai que plus le zèle à soutenir sa cause deviendra dangereux, que plus il confondra les factieux, et plus je défendrai les principes de la liberté, de l’égalité, de l’humanité. Perfides intrigants, vous vous acharnez à ma perte; mais je vous déclare que plus vous m’avez isolé des hommes… (Tallien, vice-président: Réduisez-vous, monsieur l’orateur, dans le véritable état de la question. Plusieurs voix: II y est.) Oui, plus vous m’aurez isolé des hommes, plus vous m’aurez privé de toute communication avec eux, plus je trouverai de consolation dans ma conscience et dans la justice de ma cause.

Je conclus à ce qu’attendu que la société veut le paiement des contributions, mais qu’elle veut en même temps le maintien de la constitution; attendu que pour y parvenir, il n’est pas utile d’avilir l’indigence, d’ouvrir une large porte à l’intrigue, à la calomnie, au privilège de l’opulence, de dénaturer toutes les idées, je conclus à l’ordre du jour.