Discours civiques de Danton – novembre 1792- 19 mars 1794

SUR LA TRAHISON DE DUMOURIEZ ET LA MISSION EN BELGIQUE

(1er avril 1793)

Je commence par bien préciser l’interpellation faite, elle se réduit à ceci: “Vous avez dit, Danton, que, si vous ne parveniez pas à faire écrire a Dumouriez une lettre qui détruisit l’effet de la première, vous demanderiez contre lui le décret d’accusation. Cette lettre n’ayant point eu lieu, pourquoi n’avez-vous pas tenu votre promesse?”
Voilà la manière dont je suis interpellé. Je vais donner les éclaircissements qui me sont demandés. D’abord, j’ai fait ce que j’avais annoncé: la Convention a reçu une lettre par laquelle Dumouriez demandait qu’il ne fût fait de rapport sur sa première qu’après que la Convention aurait entendu les renseignements que devaient lui donner ses commissaires. Cette lettre ne nous satisfit pas, et, après avoir conféré avec lui, nous acquîmes la conviction qu’il n’y avait plus rien à attendre de Dumouriez pour la République.
Arrivé à Paris à neuf heures du soir, je ne vins pas au comité; mais le lendemain j’ai dit que Dumouriez était devenu tellement atroce, qu’il avait dit que la Convention était composée de trois cents imbéciles et de quatre cents brigands. J’ai demandé que tout fût dévoilé; ainsi tous ceux qui s’y sont trouvés ont dû voir que mon avis était qu’il fallait arracher Dumouriez à son armée.
Mais ce fait ne suffit pas, il importe que la Convention et la nation entière sachent la conduite qu’ont tenue vos commissaires à l’égard de Dumouriez, et il est étrange que ceux qui, constamment, ont été en opposition de principes avec lui soient aujourd’hui accusés comme ses complices.
Qu’a voulu Dumouriez? Établir un système financier dans la Belgique. Qu’a voulu Dumouriez? Point de réunion. Quels sont ceux qui ont fait les réunions? Vos commissaires. La réunion du Hainaut, dit Dumouriez, s’est faite à coups de sabre. Ce sont vos commissaires qui l’ont faite. C’est nous que Dumouriez accuse des malheurs de la Belgique; c’est nous qu’il accuse d’avoir fait couler le sang dans le Hainaut et, par une fatalité inconcevable, c’est nous qu’on accuse de protéger Dumouriez!
J’ai dit que Dumouriez avait conçu un plan superbe d’invasion de la Hollande: si ce plan eût réussi, il aurait peut-être épargné bien des crimes à Dumouriez; peut-être l’aurait-il voulu faire tourner a son profit; mais l’Angleterre n’en aurait pas été moins abaissée et la Hollande conquise.
Voilà le système de Dumouriez: Dumouriez se plaint des sociétés populaires et du tribunal extraordinaire; il dit que bientôt Danton n’aura plus de crédit que dans la banlieue de Paris.
UNE VOIX.–Ce sont les décrets de l’Assemblée, et non vous.
On m’observe que je suis dans l’erreur; je passe à un autre fait plus important: c’est que Dumouriez a dit à l’armée que si Danton et Delacroix y reparaissaient, il les ferait arrêter. Citoyens, les faits parlent d’eux-mêmes; on voit facilement que la commission a fait son devoir.
Dumouriez s’est rendu criminel, mais ses complices seront bientôt connus. J’ai déjà annoncé que Dumouriez a été égaré par les impulsions qu’il a reçues de Paris, et qu’il était aigri par les écrits qui présentaient les citoyens les plus énergiques comme des scélérats. La plupart de ces écrits sont sortis de cette enceinte; je demande que la Convention nomme une commission pour débrouiller ce chaos et pour connaître les auteurs de ce complot. Quand on verra comment nous avons combattu les projets de Dumouriez, quand on verra que vous avez ratifié tous les arrêtés que nous avons pris, il ne restera plus aucun soupçon sur notre conduite.
Citoyens, ce n’est point assez de découvrir d’où viennent nos maux; il faut leur appliquer un remède immédiat. Vous avez, il est vrai, ordonné un recrutement, mais cette mesure est trop lente; je crois que l’Assemblée doit nommer un comité de la guerre, chargé de créer une armée improvisée. Les ennemis veulent se porter sur Paris; leur complice vous l’a dévoilé; je demande qu’il soit pris des mesures pour qu’un camp de cinquante mille hommes soit formé à vingt lieues de Paris; ce camp fera échouer les projets de nos ennemis, et pourra au besoin servir a compléter les armées. Je demande aussi que mes collègues dans la Belgique soient rappelés sur-le-champ.
PLUSIEURS MEMBRES.–Cela est fait.
Je demande enfin que le Conseil exécutif rende un compte exact de nos opérations dans la Belgique: l’Assemblée acquerra les lumières qui lui sont nécessaires, et elle verra que nous avons toujours été en contradiction avec Dumouriez.
Si vos commissaires avaient fait enlever Dumouriez au moment où il était à la tète de son armée, on aurait rejeté sur eux la désorganisation de cette armée. Vos commissaires, quoique investis d’un grand pouvoir, n’ont rien pour assurer le succès de leurs opérations; les soldats ne nous prennent, en arrivant aux armées, que pour de simples secrétaires de commission; il aurait fallu que la Convention donnât à ceux qu’elle charge de promulguer ses lois à la tête des armées une sorte de décoration moitié civile et moitié militaire.
Que pouvaient faire de plus vos commissaires, sinon de dire: il y a urgence, il faut arracher promptement Dumouriez de la tête de son armée? Si nous avions voulu employer la force, elle nous eût manqué; car quel général, au moment où Dumouriez exécutait sa retraite, et lorsqu’il était entouré d’une armée qui lui était dévouée, eût voulu exécuter nos ordres? Dumouriez était constamment jour et nuit à cheval, et jamais il n’y a eu deux lieues de retraite sans un combat: ainsi il nous était impossible de le faire arrêter. Nous avons fait notre devoir, et j’appelle sur ma tête toutes les dénonciations, sûr que ma tête loin de tomber sera la tête de Méduse qui fera trembler tous les aristocrates.
LASOURCE.–Ce n’est point une accusation formelle que je vais porter contre Danton; mais ce sont des conjectures que je vais soumettre à l’Assemblée. Je ne sais point déguiser ce que je pense, ainsi je vais dire franchement l’idée que la conduite de Delacroix et de Danton a fait naître dans mon esprit.
Dumouriez a ourdi un plan de contre-révolution; l’a-t-il ourdi seul, oui ou non?
Danton a dit qu’il n’avait pu, qu’il n’avait osé sévir contre Dumouriez, parce qu’au moment où il se battait, aucun officier général n’aurait voulu exécuter ses ordres. Je réponds à Danton qu’il est bien étonnant qu’il n’ait osé prendre aucune mesure contre Dumouriez, tandis qu’il nous a dit que l’armée était tellement républicaine, que, malgré la confiance qu’elle avait dans son général, si elle lisait dans un journal que Dumouriez a été décrété d’accusation, elle l’amènerait elle-même à la barre de l’Assemblée.
Danton vient de dire qu’il avait assuré le comité que la République n’avait rien à espérer de Dumouriez. J’observe à l’Assemblée que Dumouriez avait perdu la tête en politique, mais qu’il conservait tous ses talents militaires; alors Robespierre demanda que la conduite de Dumouriez fût examinée; Danton s’y opposa et dit qu’il ne fallait prendre aucune mesure contre lui avant que la retraite de la Belgique fût entièrement effectuée. Son opinion fut adoptée.
Voilà les faits, voici comme je raisonne.
MAURE.–Je demande à dire un fait, c’est qu’on a proposé d’envoyer Gensonné qui avait tout pouvoir sur Dumouriez, afin de traiter avec lui du salut de la patrie.
PLUSIEURS MEMBRES.–C’est vrai.
LASOURCE.–Voici comment je raisonne. Je dis qu’il y avait un plan de formé pour rétablir la royauté, et que Dumouriez était à la tête de ce plan. Que fallait-il faire pour le faire réussir? Il fallait maintenir Dumouriez à la tête de son armée. Danton est venu à la tribune, et a fait le plus grand éloge de Dumouriez. S’il y avait un plan de formé pour faire réussir les projets de Dumouriez, que fallait-il faire? Il fallait se populariser. Qu’a fait Delacroix? Delacroix, en arrivant de la Belgique, a affecté un patriotisme exagéré dont jusqu’à ce moment il n’avait donné aucun exemple. (_De violents murmures se font entendre_.) Et pour mieux dire, Delacroix se déclara Montagnard. L’avait-il fait jusqu’alors? Non. Il tonna contre les citoyens qui ont voté l’appel au peuple et contre ceux qu’on désigne sous le nom d’hommes d’État. L’avait-il fait jusqu’alors? Non.