Discours civiques de Danton – novembre 1792- 19 mars 1794

Au 6 août 1792, Danton était à Arcis; on était à la veille d’un grand événement qu’il prévoyait sans doute. Au Milieu des mille pensées qui doivent alors l’agiter, au milieu de l’inquiétude que doivent lui causer les périls auxquels il va s’exposer, quelle idée prédomine, quelle crainte vient l’atteindre? Il pense à sa mère, il craint de n’avoir pas suffisamment assuré son sort et sa tranquillité; en voici la preuve dans cet acte passé le 4 août 1792 par-devant Me Pinot, notaire à Arcis. Q’y lit-on? “Danton voulant donner à sa mère des preuves des sentiments de respect et de tendresse qu’il a toujours eus pour elle, il lui assure, sa vie durant, une habitation convenable et commode, lui fait donation entre-vifs, pure, simple et irrévocable, de l’usufruit de telles parts et portions qu’elle voudra choisir dans la maison et dépendances situées a Arcis, rue des Ponts, qu’il a acquise de mademoiselle Piot de Courcelles, et dans laquelle maison, sa mère fait alors sa demeure, et de l’usufruit de trois denrées de terrain à prendre dans tel endroit du terrain qu’elle voudra choisir, pour jouir desdits objets à compter du jour de la donation.” Si M. Jean Recordain survit à sa femme, donation lui est faite par le même acte de l’usufruit de la moitié des objets qu’aura choisis et dont aura joui sa femme.
Nous n’avons pas connaissance que Danton ait jamais fait d’autres dispositions en faveur de sa mère ni de son beau-père. Nous le répétons, si Danton eût été riche, et surtout s’il eût été aussi riche que ses ennemis ont voulu le faire croire, son grand coeur ne se fût pas contenté de faire à sa mère et à son beau-père des dons si modiques; nous sommes intimement persuadés que sa générosité envers eux eût été en proportion de sa fortune.
Voici encore une pièce, peu importante en elle-même à la vérité, mais qui honore Danton et qui prouve sa bonté; c’est une pétition en date du 30 thermidor an II (17 août 1794), adressée aux citoyens administrateurs du département de Paris, par Marguerite Hariot (veuve de Jacques Geoffroy, charpentier à Arcis), qui expose que, par acte passé devant Me Finot, notaire à Arcis, le 11 décembre 1791, Danton, dont elle était la nourrice, lui avait assuré et constitué une rente viagère de cent livres dont elle devait commencer à jouir à partir du jour du décès de Danton, ajoutant que, de son vivant, il ne bornerait pas sa générosité à cette somme. Elle demande, en conséquence, que les administrateurs du département de Paris ordonnent que cette rente viagère lui soit payée à compter du jour du décès et que le principal en soit prélevé sur ses biens confisqués au profit de la République. Nous ne savons pas ce qui fut ordonné. Cette brave femme que notre père ne manquait jamais d’embrasser avec effusion et à plusieurs reprises chaque fois qu’il venait à Arcis, ne lui survécut que pendant peu d’années.
La recherche que nous avons faite dans les papiers qui nous sont restés de la succession de notre grand’mère Recordain, papiers dont nous ne pouvons pas avoir la totalité, ne nous a fourni que ces trois pièces _authentiques_ qui témoignent en faveur de la bonté de Danton dans sa vie privée. Quant aux traditions orales que nous avons pu recueillir, elle sont en petit nombre et trop peu caractéristiques pour être rapportées. Nous dirons seulement que Danton aimait beaucoup la vie champêtre et les plaisirs qu’elle peut procurer. Il ne venait à Arcis que pour y jouir, au milieu de sa famille et de ses amis, du repos, du calme et des amusements de la campagne. Il disait dans son langage sans recherche, à madame Recordain, en l’embrassant: “Ma bonne mère, quand aurai-je le bonheur de venir demeurer auprès de vous pour né plus vous quitter, et n’ayant plus à penser qu’à planter mes choux?”
Nous ne savons pas s’il avait des ennemis ici, nous ne lui en avons jamais connu aucun. On nous a très souvent parlé de lui avec éloge; mais nous n’avons jamais entendu prononcer un mot qui lui fût injurieux, ni même défavorable, pas même quand nous étions au collège; là pourtant les enfants, incapables de juger la portée de ce qu’ils disent, n’hésitent pas, dans une querelle occasionnée par le motif le plus frivole, à s’adresser les reproches les plus durs et les plus outrageants. Nos condisciples n’avaient donc jamais entendu attaquer la mémoire de notre père. Il n’avait donc pas d’ennemis dans son pays.
Nous croyons ne pas devoir omettre une anecdote qui se rapporte à sa vie politique. Nous la tenons d’un de nos amis qui l’a souvent entendu raconter par son père, M. Doulet, homme très recommandable et très digne de foi, qui, sous l’Empire, fut longtemps maire de la ville d’Arcis. Danton était à Arcis dans le mois de novembre 1793. Un jour, tandis qu’il se promenait dans son jardin avec M. Doulet, arrive vers eux une troisième personne marchant à grands pas, tenant un papier à la main (c’était un journal) et qui, aussitôt qu’elle fut à portée de se faire entendre, s’écrie: Bonne nouvelle! bonne nouvelle! et elle s’approche.–Quelle nouvelle? dit Danton.–Tiens, lis! les Girondins sont condamnés et exécutés, répond la personne qui venait d’arriver.–Et tu appelles cela une bonne nouvelle, malheureux? s’écrie Danton à son tour, Danton, dont les yeux s’emplissent aussitôt de larmes. La mort des Girondins une bonne nouvelle? Misérable!–Sans doute, répond son interlocuteur, n’était-ce pas des factieux?–Des factieux, dit Danton. Est-ce que nous ne sommes pas des factieux? Nous méritons tous la mort autant que les Girondins; nous subirons tous, les uns après les autres, le même sort qu’eux. Ce fut ainsi que Danton, le Montagnard, accueillit la personne qui vint annoncer la mort des Girondins, auxquels tant d’autres, en sa place, n’eussent pas manqué de garder rancune.
Avec une âme comme la sienne, il est impossible de ne pas être un honnête homme, nos coeurs nous le disent, et jamais rien n’ébranlera une de nos plus fermes et de nos plus douces croyances en ce monde, celle de devoir la vie à un père qui fut non seulement un homme d’esprit, de génie, d’un grand courage, grand orateur, grand citoyen, aimant sincèrement et passionnément son pays, mais qui fut avant tout un homme probe. Que n’avons-nous son éloquence pour faire passer dans l’esprit de nos citoyens nos convictions, et pour leur faire partager nos sentiments!
Mais la tâche; qu’à notre grand regret nous ne remplissons pas, parce qu’elle est au-dessus de nos forces et de nos talents, d’autres plus puissants et plus capables la rempliront. Mieux vaudrait mourir à l’instant que d’en perdre l’espérance. Oui, Danton, un jour toutes lés calomnies accumulées sur toi par l’erreur, par l’envie, par la haine, viendront expirer aux pieds de la vérité mise à nu par des orateurs, par des écrivains consciencieux, impartiaux, éclairés, éloquents. Oui, un jour la France reconnaîtra que tous tes actes politiques ont pris naissance dans de louables sentiments, dans ton ardent amour pour elle, dans le plus violent désir de son salut et du triomphe de la liberté! Oui, un jour la France appréciera toute l’immensité de ton dévouement qui te porta _jusqu’à vouloir lui faire le sacrifice de ta mémoire_: sacrifice cent fois, mille fois plus grand que celui de la vie! Dévouement sans exemple dans l’histoire! La France aujourd’hui si belle, si florissante, te placera alors au rang qui t’appartient parmi ses enfants généreux, magnanimes, dont les efforts intrépides, inouïs, sont parvenus à lui ouvrir, au milieu de difficultés et de dangers innombrables, un chemin à la liberté, à la gloire, au bonheur. Un jour, enfin, Danton, justice complète sera rendue à ta mémoire! Puissent tes fils, avant de descendre dans la tombe, voir ce beau jour, ce jour tant désiré!

(MÉMOIRE, extrait du livre par Hector Fleischmann, “Discours Civiques de Danton”.)