Discours civiques de Danton – novembre 1792- 19 mars 1794

SUR LES CRÉANCIERS DE LA LISTE CIVILE ET LES RÉQUISITIONS DÉPARTEMENTALES

(14 août 1793)

Il doit paraître étonnant à tout bon républicain que l’on propose de payer les créanciers de la ci-devant liste civile, tandis que le décret qui accorde des indemnités aux femmes et enfants des citoyens qui versent leur sang pour la patrie reste sans exécution. Aucun homme de bonne foi ne peut disconvenir que les créanciers de la liste civile ne fussent les complices du tyran dans le projet qu’il avait formé d’écraser le peuple français. La distinction faite par Mallarmé est nulle pour des hommes clairvoyants. On sait qu’il y avait des aristocrates qui prêtaient des sommes d’argent au tyran, duquel ils recevaient des reconnaissances portant qu’ils lui avaient fourni telle quantité de telle ou telle marchandise. Je demande que la Convention décrète que la nation ne paiera aucun créancier du ci-devant roi. Je demande aussi que la liste de ses créanciers soit imprimée, afin que le peuple les connaisse.
* * * * * Les propositions de Danton furent adoptées. Barère monta aussitôt à la tribune et demanda, au nom du Comité de salut public, d’étendre les devoirs des envoyés des assemblées primaires et de les charger de faire un appel au peuple. Danton proposa de les obliger, en outre, à de nouvelles réquisitions.
* * * * *
En parlant à l’énergie nationale, en faisant appel au peuple, je crois que vous avez pris une grande mesure, et le Comité de salut public a fait un rapport digne de lui, en faisant le tableau des dangers que court la patrie, et des ressources qu’elle a, en parlant des sacrifices que devaient faire les riches, mais il ne nous a pas tout dit. Si les tyrans mettaient notre liberté en danger, nous les surpasserions en audace, nous dévasterions le sol français avant qu’ils pussent le parcourir, et les riches, ces vils égoïstes, seraient les premiers la proie de la fureur populaire. Vous qui m’entendez, répétez ce langage à ces mêmes riches de vos communes; dites-leur: “Qu’espérez-vous, malheureux? Voyez ce que serait la France si l’ennemi l’envahissait, prenez le système le plus favorable. Une régence conduite par un imbécile, le gouvernement d’un mineur, l’ambition des puissances étrangères, le morcellement du territoire dévoreraient vos biens; vous perdriez plus par l’esclavage que par tous les sacrifices que vous pourriez faire pour soutenir la liberté.”
Il faut qu’au nom de la Convention nationale, qui a la foudre populaire entre les mains, il faut que les envoyés des assemblées primaires, là où l’enthousiasme ne produira pas ce qu’on a droit d’en attendre, fassent des réquisitions à la première classe. En réunissant la chaleur de l’apostolat de la liberté à la rigueur de la loi, nous obtiendrons pour résultat une grande masse de forces. Je demande que la Convention donne des pouvoirs plus positifs et plus étendus aux commissaires des assemblées primaires, et qu’ils puissent faire marcher la première classe en réquisition. Je demande qu’il soit nommé des commissaires pris dans le sein de la Convention pour se concerter avec les délégués des assemblées primaires, afin d’armer cette force nationale, de pourvoir à sa subsistance, et de la diriger vers un même but. Les tyrans, en apprenant ce mouvement sublime, seront saisis d’effroi, et la terreur que répandra la marche de cette grande masse nous en fera justice. Je demande que mes propositions soient mises aux voix et adoptées.
* * * * *
“Les propositions de Danton sont décrétées au milieu des applaudissements.”

SUR DE NOUVELLES MESURES RÉVOLUTIONNAIRES

(4 septembre 1793)

Je pense comme plusieurs membres, notamment comme Billaud-Varennes, qu’il faut savoir mettre à profit l’élan sublime de ce peuple qui se presse autour de nous. Je sais que, quand le peuple présente ses besoins, qu’il offre de marcher contre ses ennemis, il ne faut prendre d’autres mesures que celles qu’il présente lui-même, car c’est le génie national qui les a dictées. Je pense qu’il sera bon que le comité fasse son rapport, qu’il calcule et qu’il propose les moyens d’exécution; mais je vois aussi qu’il n’y a aucun inconvénient à décréter à l’instant même une armée révolutionnaire. Élargissons, s’il se peut, ces mesures.
Vous venez de proclamer à la face de la France qu’elle est encore en vraie révolution active; et bien, il faut la consommer, cette révolution. Ne vous effrayez point des mouvements que pourront tenter les contre-révolutionnaires de Paris. Sans doute ils voudraient éteindre le feu de la liberté dans son foyer le plus ardent, mais la masse immense des vrais patriotes, des sans-culottes, qui cent fois ont terrassé leurs ennemis, existe encore; elle est prête à s’ébranler: sachez la diriger, et elle confondra encore et déjouera toutes les manoeuvres. Ce n’est pas assez d’une armée révolutionnaire, soyez révolutionnaires vous-mêmes. Songez que les hommes industrieux qui vivent du prix de leurs sueurs ne peuvent aller dans les sections. Décrétez donc deux grandes assemblées de sections par semaine, que l’homme du peuple qui assistera à ces assemblées politiques ait une juste rétribution pour le temps qu’elles enlèveront à son travail.
Il est bon encore que nous annoncions à tous nos ennemis que nous voulons être continuellement et complètement en mesure contre eux. Vous avez décrété 30 millions à la disposition du ministre de la Guerre pour des fabrications d’armes; décrétez que ces fabrications extraordinaires ne cesseront que quand la nation aura donné à chaque citoyen un fusil. Annonçons la ferme résolution d’avoir autant de fusils et presque autant de canons que de sans-culottes. Que ce soit la République qui mette le fusil dans la main du citoyen, du vrai patriote; qu’elle lui dise: “La patrie te confie cette arme pour sa défense; tu la représenteras tous les mois et quand tu en seras requis par l’autorité nationale.” Qu’un fusil soit la chose la plus sacrée parmi nous; qu’on perde plutôt la vie que son fusil. Je demande donc que vous décrétiez au moins cent millions pour faire des armes de toute nature; car si nous avions eu des armes nous aurions tous marché. C’est le besoin d’armes qui nous enchaîne. Jamais la patrie en danger ne manquera de citoyens.
Mais il reste à punir et l’ennemi intérieur que vous tenez, et celui que vous avez à saisir. Il faut que le tribunal révolutionnaire soit divisé en un assez grand nombre de sections pour que tous les jours un aristocrate, un scélérat paie de sa tête ses forfaits.
1° Je demande donc qu’on mette aux voix d’abord la proposition de Billaud.
2° Qu’on décrète également que les sections de Paris s’assembleront extraordinairement les dimanches et les jeudis, et que tout citoyen faisant partie de ces assemblées, qui voudra, attendu ses besoins, réclamer une indemnité, la recevra, à raison de 40 sols par assemblée.
3° Qu’il soit décrété par la Convention qu’elle met a la disposition du ministre de la Guerre 100 millions pour des fabrications d’armes, et notamment pour des fusils; que ces manufactures extraordinaires reçoivent tous les encouragements et les additions nécessaires, et qu’elles ne cessent leurs travaux que quand la France aura donné à chaque citoyen un fusil.
Je demande enfin qu’il soit fait un rapport sur le mode d’augmenter de plus en plus l’action du tribunal révolutionnaire. Que le peuple voie tomber ses ennemis, qu’il voie que la Convention s’occupe de ses besoins. Le peuple est grand, et il vous en donne en cet instant même une preuve remarquable: c’est que, quoi qu’il ait souffert de la disette factice machinée pour le mener à la contre-révolution, il a senti qu’il souffrait pour sa propre cause; et, sous le despotisme, il aurait exterminé tous les gouvernements.
Tel est le caractère du Français éclairé par quatre années de révolutions.
Hommage vous soit rendu, peuple sublime! A la grandeur vous joignez la Persévérance; vous voulez la liberté avec obstination; vous jeûnez pour la liberté, vous devez l’acquérir. Nous marcherons avec vous, vos ennemis seront confondus, vous serez libres!