Discours civiques de Danton – novembre 1792- 19 mars 1794

CONTRE LES ASSIGNATS ROYAUX

(31 juillet 1793)

Je demande à parler contre l’ajournement…. Je combats la question préalable demandée par Bazire. Il y a plus de six mois que j’ai dit ici qu’il y a trop de signes représentatifs en circulation; il faut que ceux qui possèdent immensément payent la dette nationale. Quels sont ceux qui supportent la misère publique, qui versent leur sang pour la liberté, qui combattent l’aristocratie financière et bourgeoise? ce sont ceux qui n’ont pas en leur pouvoir un assignat royal de cent livres. Frappez, que vous importent les clameurs des aristocrates; lorsque le bien sort en masse de la mesure que vous prenez, vous obtenez la bénédiction nationale. On a dit que cette loi aurait un effet rétroactif, c’est ici une loi politique, et toutes les lois politiques qui ont rasé le despotisme n’ont-elles pas en un effet rétroactif? Qui de vous peut les blâmer?
On a dit que celui qui n’a qu’un assignat de cent livres sera grevé, parce qu’il sera obligé de vendre son assignat. Je réponds qu’il y gagnera, car les denrées baisseront; d’ailleurs, ce ne sont pas les hommes de la Révolution qui ont ces assignats. Soyez comme la nature, elle voit la conservation de l’espèce; ne regardez pas les individus. Si le despotisme triomphait, il ferait disparaître tous les signes de la liberté. Eh bien, ne souillez pas les yeux des amis de la liberté de l’image du tyran dont la tête est tombée sous le glaive de la loi. Les despotes de l’Europe diront: “Quelle est cette nation puissante qui par un seul décret améliore la fortune publique, soulage le peuple, fait revivre le crédit national, et prépare de nouveaux moyens de combattre les ennemis?” Cette mesure n’est pas nouvelle, Cambon l’a longtemps méditée; il est de votre devoir de l’adopter; si vous ne l’adoptez pas, la discussion qui vient d’avoir lieu produira des inconvénients qui peuvent être attachés à la loi, et n’en présentera aucun avantage. Je ne me connais pas grandement en finances, mais je suis savant dans le bonheur de mon pays. Les riches frémissent de ce décret; mais je sais que ce qui est funeste à ces gens est avantageux pour le peuple. Le renchérissement des denrées vient de la trop grande masse d’assignats en circulation; que l’éponge nationale épuise cette grande masse, l’équilibre se rétablira. Je demande que la proposition de Cambon soit adoptée.

DISCOURS POUR QUE LE COMITÉ DE SALUT PUBLIC SOIT ÉRIGÉ EN GOUVERNEMENT PROVISOIRE

(1er août 1793)

J’appuie d’autant plus ces propositions que le moment est arrivé d’être politique. Sans doute un peuple républicain ne fait pas la guerre à ses ennemis par la corruption, l’assassinat et le poison. Mais le vaisseau de la raison doit avoir son gouvernail, c’est la saine politique. Nous n’aurons de succès que lorsque la Convention, se rappelant que l’établissement du Comité de Salut public est une des conquêtes de la liberté, donnera à cette institution l’énergie et le développement dont elle peut être susceptible. Il a, en effet, rendu assez de services pour qu’elle perfectionne ce genre de gouvernement. N’en doutez pas, ce Cobourg qui s’avance sur votre territoire rend le plus grand service à la République. Les mêmes circonstances que l’année dernière se reproduisent aujourd’hui; les mêmes dangers nous menacent…. Mais le peuple n’est point usé, puisqu’il a accepté la Constitution; j’en jure par l’enthousiasme sublime qu’elle vient de produire. Il a, par cette acceptation, contracté l’engagement de se déborder tout entier contre les ennemis. Eh bien, soyons terribles, faisons la guerre en lions. Pourquoi n’établissons-nous pas un gouvernement provisoire qui seconde, par de puissantes mesures, l’énergie nationale? Je le déclare, je n’entrerai dans aucun comité responsable. Je conserverai ma pensée tout entière, et la faculté de stimuler sans cesse ceux qui gouvernent, mais je vous donne un conseil, j’espère que vous en profiterez. Il nous faut les mêmes moyens qu’emploie Pitt, à l’exception de ceux du crime. Si vous eussiez, il y a deux mois, éclairé les départements sur la situation de Paris; si vous eussiez répandu partout le tableau fidèle de votre conduite; si le ministre de l’Intérieur se fût montré grand et ferme, et qu’il eût fait pour la Révolution ce que Roland a fait contre elle, le fédéralisme et l’intrigue n’auraient pas excité de mouvements dans les départements. Mais rien ne se fait. Le gouvernement ne dispose d’aucun moyen politique.
Il faut donc, en attendant que la Constitution soit en activité et pour qu’elle puisse l’être, que votre Comité de Salut public soit érigé en gouvernement provisoire; que les ministres ne soient que les premiers agents de ce Comité de gouvernement.
Je sais qu’on objectera que les membres de la Convention ne doivent pas être responsables. J’ai déjà dit que vous êtes responsables de la liberté, et que si vous la sauvez, et alors seulement, vous obtiendrez les bénédictions du peuple. Il doit être mis à la disposition de ce Comité de gouvernement les fonds nécessaires pour les dépenses politiques auxquelles nous obligent les perfidies de nos ennemis. La raison peut être servie à moindres frais que la perfidie; ce Comité pourra enfin mettre à exécution des mesures provisoires fortes, avant leur publicité.
N’arrachons point en ce moment aux travaux de la campagne les bras nécessaires à la récolte. Prenons une première mesure, c’est de faire un inventaire rigoureux de tous les grains. Pitt n’a pas seulement joué sur nos finances; il a accaparé, il a exporté nos denrées. Il faudrait avant tout assurer tous les Français que, si le ciel et la terre nous ont si bien servis, nous n’aurons plus à craindre la disette factice dans une année d’abondance. Il faudra, après la récolte, que chaque commune fournisse un contingent d’hommes qui s’enrôleront d’autant plus volontiers que le terme de la campagne approche. Chez un peuple qui veut être libre, il faut que la nation entière marche quand sa liberté est menacée. L’ennemi n’a encore vu que l’avant-garde nationale. Qu’il sente enfin le poids des efforts réunis de cette superbe nation. Nous donnons au monde un exemple qu’aucun peuple n’a donné encore. La nation française aura voulu individuellement, et par écrit, le gouvernement qu’elle a adopté; et périsse un peuple qui ne saurait pas défendre un gouvernement aussi solennellement juré!
Remarquez que dans la Vendée on fait la guerre avec plus d’énergie que nous. On fait marcher de force les indifférents. Nous qui stipulons pour les générations futures; nous que l’univers contemple; nous qui, même en périssant tous, laisserions des noms illustres, comment se fait-il que nous envisageons dans une froide inaction les dangers qui nous menacent? Comment n’avons-nous pas déjà entraîné sur les frontières une masse immense de citoyens? Déjà dans plusieurs départements le peuple s’est indigné de cette mollesse, et a demandé que le tocsin du réveil général fût sonné. Le peuple a plus d’énergie que vous. La liberté est toujours partie de sa base. Si vous vous montrez dignes de lui, il vous suivra; et vos ennemis seront exterminés.
Je demande que la Convention érige en gouvernement provisoire son Comité de Salut public; que les ministres ne soient que les premiers commis de ce gouvernement provisoire; qu’il soit mis 50 millions à la disposition de ce gouvernement, qui en rendra compte à la fin de sa session, mais qui aura la faculté de les employer tous en un jour, s’il le juge utile.
Une immense prodigalité pour la cause de la liberté est un placement à usure. Soyons donc grands et politiques partout. Nous avons dans la France une foule de traîtres à découvrir et à déjouer. Eh bien, un gouvernement adroit aurait une foule d’agents: et remarquez que c’est par ce moyen que vous avez découvert plusieurs correspondances précieuses. Ajoutez à la force des armes, au développement de la force nationale, tous les moyens additionnels que les bons esprits peuvent vous suggérer. Il ne faut pas que l’orgueilleux ministre d’un despote surpasse en génie et en moyens ceux qui sont chargés de régénérer le monde.
Je demande, au nom de la postérité, car si vous ne tenez pas d’une main ferme les rênes du gouvernement, vous affaiblissez plusieurs générations par l’épuisement de la population; enfin vous les condamneriez à la servitude et à la misère; je demande, dis-je, que vous adoptiez sans délai ma proposition.
Après, vous prendrez une mesure pour inventorier toutes les moissons. Vous ferez surveiller les transports, afin que rien ne puisse s’écouler par les ports ou par les frontières. Vous ferez faire aussi l’inventaire des armes. À partir d’aujourd’hui vous mettrez à la disposition du gouvernement 400 millions pour fondre des canons, faire des fusils et des piques. Dans toutes les villes un peu considérables, l’enclume ne doit être frappée que pour la fabrication du fer que vous devez tourner contre vos ennemis. Dès que la moisson sera finie, vous prendrez dans chaque commune une force additionnelle, et vous verrez que rien n’est désespéré. Au moins à présent, vous êtes purgés des intrigants; vous n’êtes plus gênés dans votre marche; vous n’êtes plus tiraillés par les factions; et nos ennemis ne peuvent plus se vanter, comme Dumouriez, d’êtres maîtres d’une partie de la Convention. Le peuple a confiance en vous. Soyez grands et dignes de lui; car si votre faiblesse vous empêchait de le sauver, il se sauverait sans vous et l’opprobre vous resterait.
* * * * *
Après une courte intervention de Saint-André, de Cambon et de Barère, Danton, répondant à ce dernier offrant sa démission de membre d’un comité chargé du maniement des fonds, dit:
* * * * *
Ce n’est pas être homme public que de craindre la calomnie. Lorsque l’année dernière, dans le conseil exécutif, je pris seul sur ma responsabilité les moyens nécessaires pour donner la grande impulsion, pour faire marcher la nation sur les frontières; je me dis: qu’on me calomnie, je le prévois, il ne m’importe; dût mon nom être flétri, je sauverai la liberté. Aujourd’hui la question est de savoir s’il est bon que le Comité de gouvernement ait des moyens de finances, des agents, etc., etc. Je demande qu’il ait à sa disposition 50 millions, avec cet amendement, que les fonds resteront à la trésorerie nationale et n’en seront tirés que sur des arrêtés du Comité.
* * * * *
Robespierre, Couthon, Lacroix et Thiriot prirent ensuite part à la discussion, qui fut clôturée par cette déclaration de Danton:
* * * * *
Je déclare que, puisqu’on a laissé à moi seul le poids de la proposition que je n’ai faite qu’après avoir eu l’avis de plusieurs de mes collègues, même des membres du Comité de salut public, je déclare, comme étant un de ceux qui ont toujours été les plus calomniés, que je n’accepterai jamais de fonctions dans ce Comité; j’en jure par la liberté de ma patrie.