Discours civiques de Danton – novembre 1792- 19 mars 1794

SUR LA CHUTE DES GIRONDINS

(13 juin 1793)

Nous touchons au moment de fonder véritablement la liberté française, en donnant à la France une Constitution républicaine. C’est au moment d’une grande production que les corps politiques comme les corps physiques paraissent toujours menacés d’une destruction prochaine. Nous sommes entourés d’orages, la foudre gronde. Eh bien, c’est du milieu de ses éclats que sortira l’ouvrage qui immortalisera la nation française. Rappelez-vous, citoyens, ce qui s’est passé du temps de la conspiration de Lafayette. Nous semblions être dans la position dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui. Rappelez-vous ce qu’était alors Paris; les patriotes étaient opprimés, proscrits partout; nous étions menacés des plus grands malheurs. C’est aujourd’hui la même position; il semble qu’il n’y ait de périls que pour ceux qui ont créé la liberté. Lafayette et sa faction furent bientôt démasqués: aujourd’hui les nouveaux ennemis du peuple se sont trahis eux-mêmes, ils ont fui, ils ont changé de nom, de qualité, ils ont pris de faux passeports. Ce Brissot, ce coryphée de la secte impie qui va être étouffée, cet homme qui vantait son courage et son indigence en m’accusant d’être couvert d’or, n’est plus qu’un misérable qui ne peut échapper au glaive des lois, et dont le peuple a déjà fait justice en l’arrêtant comme un conspirateur. On dit que l’insurrection de Paris cause des mouvements dans les départements; je le déclare à la face de l’univers, ces événements feront la gloire de cette superbe cité; je le proclame à la face de la France, sans les canons du 31 mai, sans l’insurrection, les conspirateurs triomphaient, ils nous donnaient la loi. Que le crime de cette insurrection retombe sur nous; je l’ai appelée, moi, cette insurrection, lorsque j’ai dit que, s’il y avait dans la Convention cent hommes qui me ressemblassent, nous résisterions à l’oppression, nous fonderions la liberté sur des bases inébranlables.
Rappelez-vous qu’on a dit que l’agitation qui règne dans les départements ne s’était manifestée que depuis les événements qui se sont passés ici. Eh bien, il y a des pièces qui constatent qu’avant le 31 mai les départements avaient envoyé une circulaire pour faire une fédération et se coaliser.
Que nous reste-t-il à faire? A nous identifier avec le peuple de Paris, avec tous les bons citoyens, à faire le récit de tout ce qui s’est passé. On sait que moi, plus que tout autre, j’ai été menacé des baïonnettes, qu’on les a appuyées sur ma poitrine; on sait que nous avons couvert de nos corps ceux qui se croyaient en danger. Non, les habitants de Paris n’en voulaient pas à la liberté d’aucun représentant du peuple; ils ont pris l’attitude qui leur convenait; ils se sont mis en insurrection. Que les adresses envoyées des départements pour calomnier Paris ne vous épouvantent pas; elles sont l’ouvrage de quelques intrigants et non celui des citoyens des départements: rappelez-vous qu’il en est venu de semblables contre Paris en faveur du tyran. Paris est le centre où tout vient aboutir; Paris sera le foyer qui recevra tous les rayons du patriotisme français, et en brûlera tous les ennemis. Je demande que vous vous expliquiez loyalement sur l’insurrection qui a eu de si heureux résultats. Le peuple voit que ces hommes qu’on avait accusés de vouloir se gorger du sang du peuple ont plus fait depuis huit jours pour le bonheur du peuple que la Convention, tourmentée par des intrigants, n’en avait pu faire depuis son existence. Voilà le résultat qu’il faut présenter au peuple des départements: il est bon, il applaudira à vos sages mesures. Les hommes criminels qui ont fui ont répandu des terreurs partout sur leur passage; ils ont tout exagéré, tout amplifié; mais le peuple détrompé réagira plus fortement, et se vengera sur ceux qui l’ont trompé.
Quant à la question qui nous occupe, je crois qu’il faut prendre des mesures générales pour tous les départements; il faut qu’il soit accordé vingt-quatre heures aux administrateurs qui auraient pu être égarés, sans cependant donner une amnistie aux agitateurs. Il faut que, dans les départements où les Communes patriotes luttent contre des administrateurs aristocrates, ces administrateurs soient destitués et remplacés par de vrais républicains. Je demande enfin que la Convention déclare que, sans l’insurrection du 31 mai, il n’y aurait plus de liberté.
Citoyens, pas de faiblesse; faites cette déclaration solennelle au peuple Français; dites-lui qu’on veut encore le retour des nobles; dites-lui que la horde scélérate vient de prouver qu’elle ne voulait pas de constitution; dites-lui de prononcer entre la Montagne et cette faction; dites aux citoyens français: “Rentrez dans vos droits imprescriptibles; serrez-vous autour de la Convention; préparez-vous à accepter la constitution qu’elle va vous présenter; cette constitution qui, comme je l’ai déjà dit, est une batterie qui fait un feu à mitraille contre les ennemis de la liberté, et qui les écrasera tous; préparez une force armée, mais que ce soit contre les ennemis de la Vendée. Étouffez la rébellion de cette partie de la France et vous aurez la paix.”
Le peuple, instruit sur cette dernière époque de la Révolution, ne se laissera plus surprendre. On n’entendra plus de calomnies contre une ville qui a créé la liberté, qui ne périra pas avec elle, mais qui triomphera avec la liberté, et passera avec elle à l’immortalité.