Discours civiques de Danton – novembre 1792- 19 mars 1794

CONTRE LA COMMISSION DES DOUZE

(27 mai 1793)

Je déclare à la Convention et à tout le peuple français que si l’on persiste à retenir dans les fers des citoyens qui ne sont que présumés coupables, dont tout le crime est un excès de patriotisme; si l’on refuse constamment la parole à ceux qui veulent les défendre; je déclare, dis-je, que, s’il y a ici cent bons citoyens, nous résisterons.
Je déclare en mon propre nom, et je signerai cette déclaration, que le refus de la parole à Robespierre est une lâche tyrannie. Je déclare à la France entière que vous avez mis souvent en liberté des gens plus que suspects sur de simples réclamations, et que vous retenez dans les fers des citoyens d’un civisme reconnu, qu’on les tient en charte privée, sans vouloir faire aucun rapport….
PLUSIEURS MEMBRES A DROITE.–C’est faux, le rapporteur de la Commission des Douze a demandé la parole.
DANTON.–Tout membre de l’Assemblée a le droit de parler sur et contre la Commission des Douze. C’est un préalable d’autant plus nécessaire, que cette Commission des Douze tourne les armes qu’on a mises dans ses mains contre les meilleurs citoyens; cette commission est d’autant plus funeste qu’elle arrache à leurs fonctions des magistrats du peuple.
PLUSIEURS VOIX.–Et les commissaires envoyés dans les départements!
DANTON.–Vos commissaires, vous les entendrez…. Si vous vous obstinez à refuser la parole à un représentant du peuple qui veut parler en faveur d’un patriote jeté dans les fers, je déclare que je proteste contre votre tyrannie, contre votre despotisme. Le peuple français jugera.
* * * * *
Dans cette même séance Danton reprit la parole après la déclaration du ministre de l’Intérieur, protestant une fois encore de sa soif de paix, de son désir de concorde.
* * * * *
Je demande que le ministre me réponde; je me flatte que de cette grande lutte sortira la vérité, comme des éclats de la foudre sort la sérénité de l’air; il faut que la nation sache quels sont ceux qui veulent la tranquillité. Je ne connaissais pas le ministre de l’Intérieur; je n’avais jamais eu de relation avec lui. Je le somme de déclarer, et cette déclaration m’importe dans les circonstances où nous nous trouvons, dans un moment où un député (c’est Brissot) a fait contre moi une sanglante diatribe; dans le moment où le produit d’une charge que j’avais est travestie en une fortune immense…. (_Il s’élève de violents murmures dans la partie droite_.) Il est bon que l’on sache quelle est ma vie.
PLUSIEURS VOIX DANS LA PARTIE DROITE.–Ne nous parlez pas de vous, de votre guerre avec Brissot.
DANTON.–C’est par ce que le Comité de Salut public a été accusé de favoriser les mouvements de Paris qu’il faut que je m’explique….
PLUSIEURS MEMBRES.–On ne dit pas cela.
DANTON.–Voilà ces amis de l’ordre qui ne veulent pas entendre la vérité, que l’on juge par là quels sont ceux qui veulent l’anarchie. J’interpelle le ministre de l’Intérieur de dire si je n’ai pas été plusieurs fois chez lui pour l’engager à calmer les troubles, à unir les départements, à faire cesser les préventions qu’on leur avait inspirées contre Paris; j’interpelle le ministre de dire, si depuis la révolution, je ne l’ai pas invité à apaiser toutes les haines, si je ne lui ai pas dit: “je ne veux pas que vous flattiez tel parti plutôt que tel autre; mais que vous prêchiez l’union.” Il est des hommes qui ne peuvent pas se dépouiller d’un ressentiment. Pour moi, la nature m’a fait impétueux, mais exempt de haine. Je l’interpelle de dire s’il n’a pas reconnu que les prétendus amis de l’ordre étaient la cause de toutes les divisions, s’il n’a pas reconnu que les citoyens les plus exagérés sont les plus amis de l’ordre et de la paix. Que le ministre réponde.

AUTRE DISCOURS CONTRE LA COMMISSION DES DOUZE

(31 mai 1793)

J’ai demandé la parole pour motiver la priorité en faveur de la motion de Thuriot. [Note: “C’est l’anéantissement de la Commission que je sollicite,” avait dit Thuriot (_Moniteur_, p. 152).] Il ne sera pas difficile de faire voir que cette motion est d’un ordre supérieur à celle même demander le commandant à la barre. Il faut que Paris ait justice de la Commission; elle n’existe pas comme la Convention. Vous avez créé une Commission impolitique….
PLUSIEURS VOIX.–Nous ne savons pas cela….
DANTON.–Vous ne le savez pas? il faut donc vous le rappeler.
Oui, votre Commission a mérité l’indignation populaire. Rappelez-vous mon discours à ce sujet, ce discours trop modéré. Elle a jeté dans les fers des magistrats du peuple, par cela seul qu’ils avaient combattu, dans des feuilles, cet esprit de modérantisme que la France veut tuer pour sauver la République. Je ne prétends pas inculper ni disculper la Commission, il faudra la juger sur un rapport et sur leur défense.
Pourquoi avez-vous ordonné l’élargissement de ces fonctionnaires publics? Vous y avez été engagés sur le rapport d’un homme que vous ne respectez pas, d’un homme que la nature a créé doux, sans passions, le ministre de l’Intérieur. Il s’est expliqué clairement, textuellement, avec développement, sur le compte d’un des magistrats du peuple. En ordonnant de le relâcher, vous avez été convaincus que la Commission avait mal agi sous le rapport politique. C’est sous ce rapport que j’en demande, non pas la cassation, car il faut un rapport, mais la suppression.
Vous l’avez créée, non pour elle, mais pour vous. Si elle est coupable, vous en ferez un exemple terrible qui effrayera tous ceux qui ne respectent pas le peuple, même dans son exagération révolutionnaire. Le canon a tonné, mais Paris n’a voulu donner qu’un grand signal pour vous apporter ses représentations; si Paris, par une convention trop solennelle, trop retentissante, n’a voulu qu’avertir tous les citoyens de vous demander une justice éclatante, Paris a encore bien mérité de la patrie. Je dis donc que, si vous êtes législateurs politiques, loin de blâmer cette explosion, vous la tournerez au profit de la chose publique, d’abord en réformant vos erreurs, en cassant votre Commission. Ce n’est qu’à ceux qui ont reçu quelques talents politiques que je m’adresse, et non à ces hommes stupides qui ne savent faire parler que leurs passions. Je leur dis: “Considérez la grandeur de votre but, c’est de sauver le peuple de ses ennemis, des aristocrates, de le sauver de sa propre colère.” Sous le rapport politique, la Commission a été assez dépourvue de sens pour prendre de nouveaux arrêtés et de les notifier au maire de Paris, qui a en la prudence de répondre qu’il consulterait la Convention. Je demande la suppression de la Commission, et le jugement de la conduite particulière de ses membres. Vous les croyez irréprochables; moi je crois qu’ils ont servi leurs ressentiments. Il faut que ce chaos s’éclaircisse; mais il faut donner justice au peuple.
QUELQUES VOIX.–Quel peuple?
DANTON.–Quel peuple, dites-vous? ce peuple est immense, ce peuple est la sentinelle avancée de la République. Tous les départements haïssent fortement la tyrannie. Tous les départements exècrent ce lâche modérantisme qui ramène la tyrannie. Tous les départements en un jour de gloire pour Paris avoueront ce grand mouvement qui exterminera tous les ennemis de la liberté. Tous les départements applaudiront à votre sagesse, quand vous aurez fait disparaître une Commission impolitique. Je serai le premier à rendre une justice éclatante à ces hommes courageux qui ont fait retentir les airs…. (_Les tribunes applaudissent_.)
Je vous engage, vous, représentants du peuple, à vous montrer impassibles; faites tourner au profit de la patrie cette énergie que de mauvais citoyens seuls pourraient présenter comme funeste. Et si quelques hommes, vraiment dangereux, n’importe à quel parti ils appartiennent, voulaient prolonger un mouvement devenu inutile, quand vous aurez fait justice, Paris lui-même les fera rentrer dans le néant; je demande froidement la suppression pure et simple de la Commission sous le rapport politique seul, sans rien préjuger, ni pour, ni contre; ensuite vous entendrez le commandant général, vous prendrez connaissance de ce qui est relatif à ce grand mouvement, et vous finirez par vous conduire en hommes qui ne s’effraient pas des dangers.
PALLES.–Nous savons bien que ce n’est qu’un simulacre, les citoyens courent sans savoir pourquoi.
DANTON.–Vous sentez que, s’il est vrai que ce ne soit qu’un simulacre, quand il s’agit de la liberté de quelques magistrats, le peuple fera pour sa liberté une insurrection entière. Je demande que, pour mettre fin à tant de débats fâcheux, que, pour marcher à la Constitution qui doit comprimer toutes les passions, vous mettiez aux voix par l’appel nominal la révocation de la Commission.