Discours civiques de Danton – novembre 1792- 19 mars 1794

POUR LE PEUPLE DE PARIS

(26 mai 1793)

Si le président eût présenté l’olivier de la paix à la Commune avec autant d’art qu’il a présenté le signal du combat aux guerriers qui viennent de défiler ici, j’aurais applaudi à sa réponse; mais je dois examiner quel peut être l’effet politique de son discours. Assez et trop longtemps on a calomnié Paris en masse. (_On applaudit dans la partie gauche et dans les tribunes. Il s’élève de violents murmures dans la partie droite_.)
PLUSIEURS VOIX.–Non, ce n’est pas Paris qu’on accuse, mais les scélérats qui s’y trouvent.
DANTON.–Voulez-vous constater que je me suis trompé?
ON GRAND NOMBRE DE VOIX.–Oui!
DANTON.–Ce n’est pas pour disculper Paris que je me suis présenté à cette tribune, il n’en a pas besoin. Mais c’est pour la République entière. Il importe de détruire auprès des départements les impressions défavorables que pourrait faire la réponse du président. Quelle est cette imprécation du président contre Paris? Il est assez étrange qu’on vienne présenter la dévastation que feraient de Paris tous les départements, si cette ville se rendait coupable…. (Oui, _s’écrient un grand nombre de voix_, ils le feraient.–_On murmure dans l’extrême gauche_.) Je me connais aussi, moi, en figures oratoires. (_Murmures dans la partie droite_.) Il entre dans la réponse du président un sentiment d’amertume. Pourquoi supposer qu’un jour on cherchera vainement sur les rives de la Seine si Paris a existé? Loin d’un président de pareils sentiments, il ne lui appartient que de présenter des idées consolantes. Il est bon que la République sache que Paris ne déviera jamais des principes; qu’après avoir détruit le trône d’un tyran couvert de crimes, il ne le relèvera pas pour y asseoir un nouveau despote. Que l’on sache aussi que les représentants du peuple marchent entre deux écueils; ceux qui servent un parti lui apportent leurs vices comme leurs vertus. Si dans le parti qui sert le peuple il se trouve des coupables, le peuple saura les punir; mais faites attention à cette grande vérité, c’est que, s’il fallait choisir entre deux excès, il vaudrait mieux se jeter du côté de la liberté que rebrousser vers l’esclavage. En reprenant ce qu’il y a de blâmable, il n’y a plus partout que des républicains.
Depuis quelque temps les patriotes sont opprimés dans les sections. Je connais l’insolence des ennemis du peuple; ils ne jouiront pas longtemps de leur avantage; bientôt les aristocrates, fidèles aux sentiments de fureur qui les animent, vexeraient tout ce qui a porté le caractère de la liberté; mais le peuple détrompé les fera rentrer dans le néant. Qu’avons-nous à faire, nous, législateurs, qui sommes au centre des événements? Réprimons tous les audacieux; mais tournons-nous d’abord vers l’aristocrate, car il ne changera pas.
Vous, hommes ardents, qui servez le peuple, qui êtes attachés à sa cause, ne vous effrayez pas de voir arriver une sorte de modérantisme perfide; unissez la prudence à l’énergie qui vous caractérise, tous les ennemis du peuple seront écrasés.
Parmi les bons citoyens, il y en a de trop impétueux, mais pourquoi leur faire un crime d’une énergie qu’ils emploient à servir le peuple? S’il n’y avait pas eu des hommes ardents, si le peuple lui-même n’avait pas été violent, il n’y aurait pas eu de révolution.
Je reviens à mon premier objet: je ne veux exaspérer personne parce que j’ai le sentiment de ma force en défendant la raison. Sans faire mon apologie, je défie de me prouver un crime. Je demande que l’on renvoie devant le tribunal révolutionnaire ceux qui auront conspiré contre la Convention; et moi, je demande à y être renvoyé le premier, si je suis trouvé coupable. On a répété souvent que je n’avais pas rendu mes comptes. J’ai eu 400.000 livres à ma disposition pour des dépenses secrètes; j’ai rendu compte de l’emploi que j’en ai fait; que ceux qui m’ont fait des reproches les parcourent avant de me calomnier. Une somme de 100.000 livres avait été remise entre mes mains pour faire marcher la Révolution. Cette somme devait être employée d’après l’avis du Conseil exécutif; il connaît l’emploi que j’en ai fait; il a, lui, rendu ses comptes.
PLUSIEURS VOIX.–Ce n’est pas la question!
DANTON.–Je reviens à ce que souhaite la Convention; il faut réunir les Départements; il faut bien se garder de les aigrir contre Paris! Quoi! cette cité immense, qui se renouvelle tous les jours, porterait atteinte à la représentation nationale! Paris, qui a brisé le premier le sceptre de fer, violerait l’Arche sainte qui lui est confiée! Non; Paris aime la Révolution; Paris, par les sacrifices qu’il a faits à la liberté, mérite les embrassements de tous les Français. Ces sentiments sont les vôtres, eh bien! manifestez-les; faites imprimer la réponse de votre président, en déclarant que Paris n’a jamais cessé de bien mériter de la République, puisque la municipalité…. (_Il s’élève de violents murmures dans une grande partie de la salle_). Puisque la majorité de Paris a bien mérité…. (_On applaudit dans toutes les parties de la salle_), et cette majorité, c’est la presque totalité de Paris. (_Mêmes applaudissements_). Par cette déclaration, la nation saura apprécier la proposition qui a été faite de transporter le siège de la Convention dans une autre ville. Tous les départements auront de Paris l’opinion qu’ils doivent en avoir, et qu’ils en ont réellement. Paris, je le répète, sera toujours digne d’être le dépositaire de la représentation générale. Mon esprit sent que, partout où vous irez, vous y trouverez des passions, parce que vous y porterez les vôtres. Paris sera bien connu; le petit nombre de conspirateurs qu’il renferme sera puni. Le peuple français, quelles que soient vos opinions, se sauvera lui-même, s’il le faut, puisque tous les jours il remporte des victoires sur les ennemis, malgré nos dissensions. Le masque arraché à ceux qui jouent le patriotisme et qui servent de rempart aux aristocrates, la France se lèvera et terrassera ses ennemis.