Discours civiques de Danton – novembre 1792- 19 mars 1794

SUR L’ENVOI DE NOUVELLES TROUPES EN VENDÉE

(8 mai 1793)

C’est une vérité puisée dans l’histoire et dans le coeur humain, qu’une grande nation en révolution, ou même en guerre civile, n’en est pas moins redoutable à ses ennemis. Ainsi donc, loin de nous effrayer de notre situation, nous n’y devons voir que le développement de l’énergie nationale, que nous pouvons tourner encore au profit de la liberté. La France entière va s’ébranler. Douze mille hommes de troupe de ligne, tirés de vos armées où ils seront aussitôt remplacés par des recrues, vont s’acheminer vers la Vendée. Avec cette force va se joindre la force parisienne. Eh bien, combinons avec ces moyens de puissance les moyens politiques. C’est de faire connaître à ceux que des traîtres ont égarés, que la nation ne veut pas verser leur sang, mais qu’elle veut les éclairer et les rendre à la patrie.
Les despotes ne sont pas toujours malhabiles dans leurs moyens. Dans la Belgique, l’empereur traite les peuples avec la plus grande douceur, et semble même flatter ceux qui s’étaient déclarés contre lui avec le plus d’énergie; pourquoi n’agirions-nous pas de même pour rendre des hommes à la liberté? Il faut donc créer une commission ayant pouvoir de faire grâce à ceux des rebelles qui se soumettraient volontairement avant l’action de la force armée.
Cette mesure prise, il faut faire marcher la force de Paris. Deux choses se sont un moment opposées à son recrutement: les intrigues des aristocrates et les inquiétudes des patriotes eux-mêmes. Ceux-ci n’ont pas considéré que Paris a une arrière-garde bien formidable; elle est composée de 150.000 citoyens que leurs occupations quotidiennes ont éloignés jusqu’ici des affaires publiques, mais que vous devez engager à se porter dans les sections, sauf à les indemniser de la perte de temps qu’ils essuieront. Ce sont ces citoyens qui, dans un grand jour, se débordant sur nos ennemis, les feront disparaître de la terre de la liberté.
Que le riche paye, puisqu’il n’est pas digne, le plus souvent, de combattre pour la liberté; qu’il paye largement et que l’homme du peuple marche dans la Vendée.
Il y a telle section où se trouvent des groupes de capitalistes, il n’est pas juste que ces citoyens profitent seuls de ce qui sortira de ces éponges. Il faut que la Convention nationale nomme deux commissaires par sections pour s’informer de l’état du recrutement. Dans les sections où le contingent est complet, ils annonceront que l’on répartira également les contributions des riches. Dans les sections qui, dans trois jours, n’auront point fourni leur contingent, ils assembleront les citoyens et les feront tirer au sort.
Ce mode, je le sais, a des inconvénients, mais il en a moins encore que tous les autres. Il est un décret que vous avez rendu en principe et dont je demande l’exécution pratique. Vous avez ordonné la formation d’une garde soldée dans toutes les grandes villes. Cette institution soulagera les citoyens que n’a pas favorisés la fortune.
Je demande qu’elle soit promptement organisée, et j’annonce à la Convention nationale qu’après avoir opéré le recrutement de Paris, si elle veut revenir à l’unité d’action, si elle veut mettre à contribution les malheurs même de la patrie, elle verra que les machinations de nos ennemis pour soulever la France n’auront servi qu’à son triomphe. La force nationale va se développer; si vous savez diriger son énergie, la patrie sera sauvée, et vous verrez les rois coalisés vous proposer une paix honorable.

SUR UNE NOUVELLE LOI POUR PROTÉGER LA REPRÉSENTATION NATIONALE

(24 mai 1793)

L’objet de cet article n’a rien de mauvais en soi. Sans doute la représentation nationale a besoin d’être sous la sauvegarde de la nation. Mais comment se fait-il que vous soyez assez dominés par les circonstances pour décréter aujourd’hui ce qui se trouve dans toutes vos lois? Sans doute, l’aristocratie menace de renverser la liberté, mais quand les périls sont communs à tous, il est indigne de nous de faire des lois pour nous seuls, lorsque nous trouvons notre sûreté dans celles qui protègent tous les citoyens. Je dis donc que décréter ce qu’on vous propose, c’est décréter la peur.
—Eh bien! j’ai peur, moi!….
DANTON.–Je ne m’oppose pas à ce que l’on prenne des mesures pour rassurer chaque individu qui craint pour sa sûreté; je ne m’oppose pas à ce que vous donniez une garde de crainte au citoyen qui tremble ici. Mais la Convention nationale peut-elle annoncer à la République qu’elle se laisse dominer par la peur. Remarquez bien jusqu’à quel point cette crainte est ridicule. Le comité vous annonce qu’il y a des dispositions portant qu’on a voulu attenter à la représentation nationale. On sait bien qu’il existe à Paris une multitude d’aristocrates, d’agents soudoyés par les puissances; mais les lois ont pourvu à tout; on dit qu’elles ne s’exécutent pas; mais une preuve qu’elles s’exécutent, c’est que la Convention nationale est intacte, et que, si un de ses membres a péri, il était du nombre de ceux qui ne tremblent pas. Remarquez bien que l’esprit public des citoyens de Paris qu’on a tant calomniés….
UN GRAND NOMBRE DE VOIX.–Cela est faux! la preuve en est dans le projet qu’on Propose!
DANTON.–Je ne dis pas que ce soit calomnier Paris que de proposer le projet de décret qui vous est présenté; mais on a calomnié Paris, en demandant une force départementale; car, dans une ville comme Paris, où la population présente une masse si imposante, la force des bons citoyens est assez grande pour terrasser les ennemis de la liberté. Je dis que, si, dans la réunion dont on a parlé, il s’est trouvé des hommes assez pervers pour proposer de porter atteinte à la représentation nationale, cette proposition a été vivement repoussée, et que si ces hommes sont saisis et peuvent être livrés à la justice, ils ne trouveront point ici de défenseurs. On a cherché aussi à inculper le maire de Paris, et à le rendre, pour ainsi dire, complice de ces hommes vendus ou traîtres; mais l’on n’a pas dit que, si le maire de Paris n’était pas venu vous instruire de ce qui s’était passé, c’est qu’il était venu en rendre compte au Comité du Salut public, qui devait vous en instruire. Ainsi donc, quand il est démontré que les propositions qui ont été faites ont été rejetées avec horreur; quand Paris est prêt à s’armer contre tous les traîtres qu’il renferme pour protéger la Convention nationale, il est absurde de créer une loi nouvelle; pour protéger la représentation nationale, il ne s’agit que de diriger l’action des lois existantes contre le vrai coupable. Encore une fois, je ne combats pas le fond du projet, mais je dis qu’il se trouve dans les lois préexistantes. Ne faisons donc rien par peur; ne faisons rien pour nous-mêmes; ne nous attachons qu’aux considérations nationales; ne nous laissons point diriger par les passions. Prenez garde qu’après avoir créé une commission pour rechercher les complots qui se trament dans Paris, on ne vous demande s’il ne conviendrait pas d’en créer aussi une pour rechercher les crimes de ceux qui ont cherché à égarer l’esprit des départements. Je ne demande qu’une chose, c’est que les membres qui proposent ce projet se dépouillent de toutes leurs haines. Il faut que les criminels soient bien connus, et il est de votre sagesse d’attendre un rapport préliminaire sur le tout.