Discours civiques de Danton – novembre 1792- 19 mars 1794

SUR LA TRAHISON DE DUMOURIEZ ET LA MISSION EN BELGIQUE (Suite)

DANTON.–Je dois commencer par vous rendre hommage comme vraiment amis du salut du peuple, citoyens qui êtes placés à cette montagne (_se tournant vers l’amphithéâtre de l’extrémité gauche_); vous avez mieux jugé que moi. J’ai cru longtemps que, quelle que fût l’impétuosité de mon caractère, je devais tempérer les moyens que la nature m’a départis; je devais employer dans les circonstances difficiles où m’a placé ma mission la modération que m’ont paru commander les événements. Vous m’accusiez de faiblesse, vous aviez raison, je le reconnais devant la France entière. Nous, faits pour dénoncer ceux qui, par impéritie ou scélératesse, ont constamment voulu que le tyran échappât au glaive de la loi…. (_Un très grand nombre de membres se lèvent en criant_: Oui, oui! _et en indiquant du geste les membres placés dans la partie droite.–Des rumeurs et des récriminations violentes s’élèvent dans cette partie_.) Eh bien! ce sont ces mêmes hommes…. (_Les murmures continuent à la droite de la tribune.–L’orateur se tournant vers les interrupteurs_.) Vous me répondrez, vous me répondrez…. Citoyens, ce sont, dis-je, ces mêmes hommes qui prennent aujourd’hui l’attitude insolente de dénonciateurs…. (_Grangeneuve interrompt.–Les murmures d’une grande partie de l’Assemblée couvrent sa voix_.)
GRANGENEUVE.–Je demande à faire une interpellation à Danton….
UN GRAND NOMBRE DE VOIX.–Vous n’avez pas la parole…. A l’Abbaye!
DANTON.–Et d’abord, avant que d’entrer aussi à mon tour dans des rapprochements, je vais répondre. Que vous a dit Lasource? Quelle que soit l’origine de son roman, qu’il soit le fruit de son imagination ou la suggestion d’hommes adroits…. (_De nouveaux murmures s’élèvent dans la partie de la salle à la droite de la tribune_.)
ALBITTE.–Nous avons tranquillement écouté Lasource, soyez tranquilles à votre tour.
DANTON.–Soit que cet homme, dont on s’est emparé plusieurs fois dans l’Assemblée législative, ait voulu préparer, ce que j’aime à ne pas croire, le poison de la calomnie contre moi, pour le faire circuler pendant l’intervalle qui s’écoulera entre sa dénonciation et le rapport général qui doit vous être fait sur cette affaire, je n’examine pas maintenant ses intentions. Mais que vous a-t-il dit? Qu’à mon retour de la Belgique, je ne me suis pas présenté au Comité de défense générale; il en a menti: plusieurs de mes collègues m’ont cru arrivé vingt-quatre heures avant mon retour effectif, pensant que j’étais parti le jour même de l’arrêté de la commission; je ne suis arrivé que le vendredi 29, à huit heures du soir. Fatigué de ma course et du séjour que j’ai fait à l’armée, on ne pouvait exiger que je me transportasse immédiatement au comité. Je sais que les soupçons de l’inculpation m’ont précédé. On a représenté vos commissaires comme les causes de la désorganisation de l’armée. Nous, désorganisateurs! nous, qui avons rallié les soldats français, nous, qui avons fait déloger l’ennemi de plusieurs postes importants! Ah! sans doute tel a dit que nous étions venus pour sonner l’alarme, qui, s’il eût été témoin de notre conduite, vous aurait dit que nous étions faits pour braver le canon autrichien, comme nous braverons les complots et les calomnies des ennemis de la liberté.
J’en viens à la première inculpation de Lasource. En arrivant, je n’étais pas même instruit qu’il dût y avoir comité ce jour-là. Me fera-t-on un crime d’avoir été retenu quelques heures chez moi pour réparer mes forces affaiblies par le voyage et par la nécessité de manger? Dès le lendemain, je suis allé au comité; et quand on vous a dit que je n’y ai donné que de faibles détails, on a encore menti. J’adjure tous mes collègues qui étaient présents à cette séance: j’ai dit que Dumouriez regardait la Convention comme un composé de trois cents hommes stupides et de quatre cents scélérats. “Que peut faire pour la République, ai-je ajouté, un homme dont l’imagination est frappée de pareilles idées? Arrachons-le à son armée.” (_L’orateur se tournant vers l’extrémité gauche de la salle_.) N’est-ce pas cela que j’ai dit? (_Plusieurs voix._–Oui! oui!)
II y a plus. Camus, qu’on ne soupçonnera pas d’être mon partisan individuel, a fait un récit qui a coupé le mien; et ici j’adjure encore mes collègues. Il a fait un rapport dont les détails se sont trouvés presque identiques avec le mien. (_Plusieurs voix._–Cela est vrai!)
Ainsi, il est résulté de ce que nous avons dit en commun un rapport effectif au comité.
Lasource trouve étrange que je sois resté à Paris, tandis que ma mission me rappelait dans la Belgique; il cherche à faire croire à des intelligences entre Delacroix et moi, dont l’un serait resté à l’armée, et l’autre à Paris, pour diriger à la fois les deux fils de la conspiration.
Lasource n’est pas de bonne foi; Lasource sait bien que je ne devais partir qu’autant que j’aurais des mesures à porter avec moi; que j’avais demandé et déclaré que je voulais rendre compte à la Convention de ce que je savais. Il n’y a donc dans ma présence ici aucun rapport avec les événements de la Belgique, aucun délit, rien qui puisse faire soupçonner une connivence. Lasource vous a dit: “Danton et Delacroix ont proclamé que, si un décret d’accusation était porté contre Dumouriez, il s’exécuterait, et qu’il suffirait que le décret fût connu par les papiers publics pour que l’armée l’exécutât elle-même. Comment donc ces mêmes commissaires n’ont-ils pas fait arrêter Dumouriez?….” Je ne nie pas le propos cité par Lasource; mais avions-nous ce décret d’accusation dont j’ai parlé? Pouvions-nous prendre la résolution d’enlever Dumouriez; lorsque nous n’étions à l’armée que Delacroix et moi, lorsque la commission n’était pas rassemblée? Nous nous sommes rendus vers la commission, et c’est elle qui a exigé que Delacroix retournât vers l’état-major, et qui a jugé qu’il y aurait du danger, pour la retraite même de l’armée, à enlever Dumouriez. Comment se fait il donc qu’on me reproche, à moi individu, ce qui est du fait de la commission? La correspondance des commissaires prouve qu’ils n’ont pu se saisir de l’individu Dumouriez. Qu’auraient-ils donc fait en notre place, ceux qui nous accusent? eux qui ont signé des taxes, quoiqu’il y eût un décret contraire. (_On applaudit dans une grande partie de l’Assemblée_.)
Je dois dire un fait qui s’est passé dans le Comité même de défense générale. C’est que, lorsque je déclarai que je croyais du danger à ce qu’on lût la lettre de Dumouriez, et à s’exposer d’engager un combat au milieu d’une armée en retraite, en présence de l’ennemi, je proposai cependant des mesures pour que l’on parvînt à se saisir du général, au moment où on pourrait le faire sans inconvénient. Je demandai que les amis même de Dumouriez, que Guadet, Gensonné se rendissent à l’armée; que, pour lui ôter toute défiance, les commissaires fussent pris dans les deux partis de la Convention, et que par là il fût prouvé en même temps que, quelles que soient les passions qui vous divisent, vous êtes unanimes pour ne jamais consentir à recevoir la loi d’un seul homme. (_On applaudit._) Ou nous le guérirons momentanément, leur disais-je, ou nous le garrotterons. Je demande si l’homme qui proférait ces paroles peut être accusé d’avoir eu des _ménagements_ pour Dumouriez.
Quels sont ceux qui ont pris constamment des ménagements? Qu’on consulte les canaux de l’opinion, qu’on examiné ce qu’on disait partout, par exemple dans le journal qui s’intitule _Patriote-français_. On y disait que Dumouriez était _loin d’associer ses lauriers aux cyprès du 2 septembre_. C’est contre moi qu’on excitait Dumouriez. Jamais on n’a eu la pensée de nous associer dans les mêmes complots; nous ne voulions pas prendre sur nous la responsabilité de l’enlèvement de Dumouriez; mais je demande si l’on ne m’a pas vu déjouer constamment la politique de ce général, ses projets de finances, les projets d’ambition qu’il pouvait avoir sur la Belgique; je les ai constamment mis à jour. Je le demande à Cambon; il dira, par exemple, la conduite que j’ai tenue relativement aux 300.000 livres de dépenses qui ont été secrètement faites dans la Belgique.
Et aujourd’hui, parce que j’ai été trop sage et trop circonspect, parce qu’on a eu l’art de répandre que j’avais un parti, que je voulais être _dictateur_, parce que je n’ai pas voulu, en répondant à mes adversaires, produire de trop rudes combats, occasionner des déchirements dans cette assemblée, on m’accuse de mépriser et d’avilir la Convention.
Avilir la Convention! Et qui plus que moi a constamment cherché à relever sa dignité, à fortifier son autorité? N’ai-je pas parlé de mes ennemis même avec une sorte de respect? (_Se tournant vers la partie droite._) Je vous interpelle, vous qui m’accusez sans cesse….
PLUSIEURS VOIX.–Tout à l’heure vous venez de prouver votre respect.
Tout à l’heure, cela est vrai; ce que vous me reprochez est exact; mais pourquoi ai-je abandonné le système du silence et de la modération? parce qu’il est un terme à la prudence, parce que quand on se sent attaqué par ceux-là mêmes qui devraient s’applaudir de ma circonspection, il est permis d’attaquer à son tour et de sortir des limites de la patience. (_On applaudit dans une grande partie de l’Assemblée._)
Mais comment se fait-il que l’on m’impute à crime la conduite d’un de mes collègues? Oui, sans doute, j’aime Delacroix; on l’inculpe parce qu’il a eu le bon esprit de ne pas partager, je le dis franchement, je le tiens de lui, parce qu’il n’a pas voulu partager les vues et les projets de ceux qui ont cherché à sauver le tyran. (_De violents murmures s’élèvent dans la partie droite.–Les plus vifs applaudissements éclatent dans une grande partie du côté opposé et dans les tribunes._)